Actus Monde

Des vélos qui nous sont essentiels

Le vélo a la cote, ces temps-ci, auprès des Québécois inquiets à l’idée d’attraper la COVID-19

Le vélo a la cote, ces temps-ci, auprès des Québé­cois inqui­ets à l’idée d’attraper la COVID-19 en prenant le taxi ou les trans­ports col­lec­tifs. Le gou­verne­ment Legault n’a pour­tant pas jugé bon de con­sid­ér­er les ate­liers de répa­ra­tion de vélos comme un ser­vice essen­tiel, ce qui pour­rait met­tre des bâtons dans les roues des cyclistes.

Raphaëlle Côté a ressor­ti son vélo ces derniers jours pour se ren­dre au tra­vail. Le print­emps lui a lancé une invi­ta­tion, et la pandémie l’a con­va­in­cue. Chaque jour, cette édu­ca­trice spé­cial­isée doit tra­vers­er Mon­tréal pour se ren­dre dans le quarti­er Notre-Dame-de-Grâce, où elle tra­vaille dans un CPE, un ser­vice essen­tiel.

« Je ne fais pas par­tie des pop­u­la­tions vul­nérables, donc ça ne m’inquiète pas out­re mesure d’attraper [le virus], mais c’est vrai­ment la prop­a­ga­tion qui me stresse beau­coup, l’idée que je puisse le trans­met­tre à un enfant qui, lui, le trans­met à ses par­ents, etc. », explique-t-elle.

👉 A lire sur ledevoir.com

En voir plus

Thierry Roch

Président de l'au5v, Association des Usagers du Vélo, des Voies Vertes et Véloroutes des Vallées de l'Oise.

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close