A lire

En zones rurales et périurbaines, les voies vertes pour rompre l’isolement

Quand on pense vélo en zone rurale ou périurbaine, on pense en premier lieu développement touristique et balades au vert… Mais pas seulement. Dans ces territoires souvent dotés d’un bon maillage de Véloroutes et Voies Vertes (VVV), le vélo a le potentiel pour devenir le mode de déplacement quotidien de nombreux habitants, en particulier des plus précaires et isolés. Mais comment les convaincre que l’on peut « bouger loin et bouger bien » à la campagne, même sans voiture ? Le projet Vélo expresS, porté par l’AF3V, propose plusieurs pistes de réponse.

En 2017, 4 français sur 10 se dis­aient con­fron­tés à des prob­lèmes de mobil­ité. Un véri­ta­ble hand­i­cap, qui isole et qui impacte de nom­breux pans de la vie des per­son­nes, à com­mencer par leur accès à l’emploi. Les chiffres sont élo­quents : un deman­deur d’emploi sur 4 a déjà refusé une propo­si­tion d’embauche pour des ques­tions liées aux trans­ports. Les per­son­nes rési­dant à la cam­pagne ou en périphérie des grandes villes sont les plus exposées à ces dif­fi­cultés. Dans ces zones mal desservies par les trans­ports en com­mun, la voiture indi­vidu­elle règne encore en maître. Alors, lorsque l’on a pas -ou plus- les moyens, on se retrou­ve très vite coupé du monde.

Réduire la fracture sociale et territoriale grâce au vélo

Au sein de l’AF3V, qui défend les intérêts des usagers des VVV depuis 25 ans, on est con­va­in­cu qu’une par­tie de la réponse à ce prob­lème se trou­vera… en pédalant ! Pour Sophie Verdel­let, cheffe de pro­jet Vélo expresS, « on est face à une impor­tante frac­ture ter­ri­to­ri­ale et sociale, qui se résor­bera si on envis­age le vélo comme une vraie alter­na­tive à la voiture.» Par ailleurs, beau­coup de zones dites « peu dens­es » dis­posent déjà d’un bon réseau de VVV, qui per­me­t­tent de reli­er rapi­de­ment et en sécu­rité les cen­tres d’activité aux lieux de vie plus isolés. Piloté par l’AF3V, Vélo expresS s’appuie sur ce poten­tiel pour pro­pos­er aux per­son­nes isolées et pré­caires de répon­dre à leurs besoins de mobil­ité grâce au vélo. Une solu­tion rapi­de, sûre, économique… et éco­lo !

La démarche Vélo expresS : remettre en selle les usagers, sensibiliser les aménageurs

Vélo expresS, c’est d’abord un dis­posi­tif d’accompagnement social, qui va du diag­nos­tic des besoins des per­son­nes jusqu’à leur « remise en selle » au sein de vélo-écoles. Mais con­va­in­cre les gens de pren­dre quo­ti­di­en­nement leur vélo a aus­si un préal­able qui ne dépend pas d’eux : il faut pou­voir les ori­en­ter vers des amé­nage­ments cyclables qui tien­nent la route ! Pour cela, l’AF3V démarche sans relâche les col­lec­tiv­ités locales. Dans l’Essonne, à Ris-Orangis, l’action de la délé­ga­tion locale a par exem­ple con­tribué à ce qu’une por­tion de voie sur berge soit fer­mée aux voitures et devi­enne un beau tronçon de voie verte. Dans le viseur égale­ment : le tronçon de l’EuroVélo 3 au niveau d’Orly. Esthé­tique­ment très réus­si, il demeure néan­moins trop étroit et inadap­té aux PMR. Des défauts majeurs mais faciles à rec­ti­fi­er, qui pour­raient tout chang­er pour les usagers.

Dans les mois à venir, Vélo expresS sera décliné autour des aggloméra­tions tourangelle, lyon­naise et dans l’Essonne. Bon à savoir : afin de pour­suiv­re le déploiement sur des cha­peaux de roue du pro­jet, l’AF3V recherche sans cesse de nou­veaux parte­naires opéra­tionnels, notam­ment dans les ter­ri­toires ruraux. L’appel est lancé !

Tags
En voir plus

Vous aimerez également...

2 Comments

  1. Bon­jour,

    Est-il pos­si­ble de s’abonner pour recevoir les prin­ci­pales actu-vélo par mail plutôt que par tweet­er ?
    Je ne vois pas le moyen pour s’abonner pour récep­tion mail.
    Cor­diale­ment,
    Cécile REBOUT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close