A la rédaction

Le vélo, véhicule [qui rend vraiment] autonome

La vélonomie ou le véhicule autonome ? Tel est le dilemme qui se posera un jour à nos chers décideurs férus de technologies coûteuses et prédatrices des ultimes ressources de la planète.

Dans le domaine des trans­ports, tout le monde s’extasie sur les véhicules autonomes pour louer leurs for­mi­da­bles promess­es : moins d’accidents, d’embouteillages, de prob­lèmes de sta­tion­nement, d’énergie dépen­sée, de pol­lu­tion, de sig­nal­i­sa­tion et de con­tra­ven­tions, plus besoin de per­mis et de se focalis­er sur la route, bon­jour les nou­velles activ­ités à bord, la desserte fine des ter­ri­toires et la livrai­son automa­tique des pro­duits. N’en jetez plus !

Et si les véhicules autonomes restaient dépen­dants de grandes quan­tités de matéri­aux, d’énergie et d’infrastructures lour­des ? Et s’ils coû­taient très chers, pour les indi­vidus comme pour les col­lec­tiv­ités ? Et s’ils con­tribuaient à génér­er des déplace­ments inutiles, jusqu’à créer des embouteil­lages de véhicules vides ? Et s’ils accrois­saient encore la séden­tar­ité, dont on décou­vre chaque jour les con­séquences mor­tifères ? Et s’ils avaient du mal à repér­er la grande var­iété des cyclistes et des pié­tons dans le traf­ic, au risque de graves acci­dents ?

Aban­don­nons ces con­sid­éra­tions et revenons au vélo dont il est temps de rap­pel­er com­bi­en il rend vrai­ment autonome son util­isa­teur. Certes, le vélo ne roule pas tout seul, mais il libère, émancipe, et de nom­breuses manières. Toute son his­toire en témoigne.

L’invention du vélocipède pour se passer du cheval

Pen­dant tout le XIXe siè­cle, l’obsession des con­tem­po­rains de la Révo­lu­tion indus­trielle est de se pass­er du cheval. Ce quadrupède capricieux se fatigue vite, marche à peine plus vite qu’un pié­ton et réclame une écurie, un pale­fre­nier, une nour­ri­t­ure et des soins con­stants. D’un coût exor­bi­tant, il est réservé aux nan­tis.

Quand Karl Drais invente la draisi­enne en 1817, son objec­tif est de trou­ver une solu­tion bon marché à la pénurie de chevaux. Mais sa « machine à courir » reste lourde et peu pra­tique. En 1861, Pierre et Ernest Michaux ajoutent des pédales sur la roue avant d’une draisi­enne. Le suc­cès est au ren­dez-vous et après 30 ans d’intenses inno­va­tions, le vélo mod­erne est prêt. Dans toute l’Europe, des cours­es per­me­t­tent d’explorer son poten­tiel et de com­par­er ses per­for­mances au cheval.

Ain­si, une course cycliste est organ­isée entre Vienne et Berlin, en 1893, sur le même par­cours qu’une course de chevaux ayant eu lieu deux ans plus tôt. Résul­tat, les cyclistes vont 2,3 fois plus vite que les cav­a­liers : 31 h au lieu de 72 h pour par­courir les 582,5 km, soit à 19 km/h de moyenne con­tre 8 km/h. De plus, dans la semaine qui a suivi la course de 1891, 30 chevaux épuisés sont abat­tus, alors qu’en 1893 tous les cyclistes se por­tent bien !

La bicyclette pour libérer le piéton

Un pié­ton qui se met au vélo mul­ti­plie par 3 à 4 les dis­tances par­cou­rues pour une même énergie dépen­sée, soit une mul­ti­pli­ca­tion par 10 à 15 du nom­bre de des­ti­na­tions atteignables dans un temps don­né (le car­ré de cette dis­tance). C’est un pro­grès con­sid­érable, dont tout le monde veut prof­iter et notam­ment les femmes jusqu’alors con­finées chez elles. Le cycliste est un « pié­ton véloce », comme le terme vélocipède le sug­gère.

Le vélo pour échapper à des transports publics lents, coûteux et bondés

À la fin du XIXe siè­cle, le tramway désor­mais élec­trique est partout en plein essor. Mais le vélo se démoc­ra­tise et devient vite moins cher que le tram pour l’usager. Il est aus­si plus rapi­de et moins con­traig­nant. Quant au métro qui se développe à Paris au début du XXe siè­cle, il n’est plus rapi­de que si les tra­jets de rabat­te­ment à pied sont courts et s’il n’y a pas de cor­re­spon­dances. Seul le train est un com­plé­ment néces­saire pour les longues dis­tances. Il en est tou­jours de même aujourd’hui.

Quant à la promis­cuité des trans­ports publics, les plus réfrac­taires trou­vent encore dans la bicy­clette le moyen d’y échap­per. Mais l’intensité crois­sante du traf­ic auto­mo­bile rend les déplace­ments à vélo de plus en plus pénibles et dan­gereux. Il faut atten­dre les récentes poli­tiques de mod­éra­tion de la cir­cu­la­tion dans les cen­tres-villes pour que les cyclistes retrou­vent le bon­heur de rouler le nez au vent. Mais inter­ro­geons-les sur leur accès à l’autonomie.

La draisienne pour enfant pour se libérer des adultes

Plus besoin d’attendre qu’un adulte veuille bien enlever les roulettes de mon vélo et accepte de me pouss­er en hale­tant pour que j’apprenne à faire du vélo comme les grands. Désor­mais, je me débrouille seul dès l’âge de deux ans. Il me suf­fit d’emprunter la draisi­enne d’un copain au square, pour que je trou­ve rapi­de­ment l’équilibre. Mes par­ents ébahis ont enfin daigné m’en acheter une. Cela me per­met de les dépass­er allè­gre­ment, au lieu de ten­ter de les suiv­re en trot­ti­nant accroché à leur main.

À l’école à vélo, pour se passer du bus

Atten­dre à l’étude le bus qui me ramène chez moi : pas ter­ri­ble. Et mes par­ents n’ont pas voulu m’acheter un scoot­er : trop dan­gereux qu’ils dis­ent. Ils ont préféré inve­stir dans un bon vélo. Je trou­vais cette idée assez nulle, mais je dois recon­naître que l’engin est con­fort­able et effi­cace. Une sacoche amovi­ble très design, des freins dans le moyeu, une son­nette deux tons (que Julie s’amuse tou­jours à action­ner, quelle peste !), un éclairage presque aus­si puis­sant que celui d’un scoot, un casque pli­ant genre drag­on… Bon, j’en prof­ite surtout pour faire un détour chez mes potes, avant de ren­tr­er. Quelle lib­erté !

Les ateliers vélos pour se passer des réparateurs

Finies les notes salées chez les vélocistes qui rechig­nent sou­vent à répar­er mon biclou parce que je ne l’ai pas acheté chez eux. Je vais main­tenant à l’atelier vélo qui a récem­ment ouvert dans mon quarti­er. Lieu incroy­able, bour­ré de vélos et de pièces récupérées, ambiance décon­trac­tée, belles ren­con­tres : on est tous égaux devant un prob­lème de mécanique. Mécanique que j’apprends d’ailleurs beau­coup mieux que jadis dans mon cours de tech­no. En cas de prob­lème, il y a tou­jours Jean-Louis, depuis peu à la retraite, qui en con­naît un bras et qui nous aide volon­tiers. Et puis c’est val­orisant d’avoir réus­si à répar­er quelque chose, dans cette société où tout se jette. On y entre dépité en traî­nant son vélo et on ressort en général con­tent. Avec en plus les dernières infos sur les efforts (mous) de la ville en faveur des cyclistes.

Le respon­s­able m’a appris l’autre jour que les ate­liers vélos se dévelop­pent à toute vitesse ces dernières années (+ 30 % par an !). Tout cela en faisant de la corvée de la répa­ra­tion des petites pannes, un agréable moment. Très fort.

Le vélo pour éviter l’oisiveté des transports motorisés

Je pre­nais du ven­tre et mes gui­bolles fla­geo­laient dans mon véhicule certes con­fort­able, mais régulière­ment coincé dans ce satané embouteil­lage à l’approche de la ville. J’ai tout essayé pour l’éviter : en par­tant aux aurores les yeux lourds, en roulant à fond dans les petites rues par­al­lèles grâce à Waze (j’ai dû arrêter après une prune) ou en écoutant des livres lus (je con­nais le Comte de Monte Cristo par cœur). Et puis je me suis mis au vélo, sans trop y croire.

Les mil­i­tants de la petite reine oublient tou­jours de vous dire qu’au début, on a mal aux fess­es, que les cour­ba­tures vous empoi­son­nent, qu’on arrive souf­flant et suant pour avoir trop for­cé. Mais j’ai ma fierté et je me suis accroché. Les frimas arrivent et je suis tou­jours à pédaler en dépas­sant les autos gogue­nard. Mon tonus s’est amélioré, mes mol­lets ont gon­flé et j’ai per­du 5 kg. Une col­lègue s’y est mise aus­si et il nous arrive de faire un bout de route ensem­ble.

La vélo-école pour accéder au plaisir de cycler

Je ne savais pas faire du vélo et me sen­tais dif­férente, pas vrai­ment française. Ma copine m’a traîné à la vélo-école et me voilà à chercher mon équili­bre sur une draisi­enne. J’y suis assez vite arrivée et c’est mag­ique ! Je me suis retrou­vée comme une gamine à l’annoncer toute con­tente à mes proches. Same­di, une pre­mière bal­lade est organ­isée le long du canal. Il n’est pas prévu que quelqu’un tombe à l’eau.

Frédéric Héran

Le vélo pour se pass­er des ressources non renou­ve­lables et des high tech

Dans les années 1970, Ivan Illich était un cri­tique acéré de la société indus­trielle et de ses insti­tu­tions. Il vendait des mil­lions de livres dans le monde entier. Presque tout le monde l’a aujourd’hui oublié. Pour­tant, ses thès­es restent actuelles. Il expli­quait qu’en voulant se déplac­er de plus en plus vite, l’homme deve­nait esclave de l’automobile et des ressources énergé­tiques. Pour garder son autonomie, dis­ait-il, « Entre des hommes libres, des rap­ports soci­aux pro­duc­tifs vont à l’allure d’une bicy­clette, et pas plus vite » (Énergie et équité, 1973).

Un article à lire aussi dans Vélocité145 — mars-avril. 2018, une publication de la FUB

Tags
En voir plus

Frédéric Héran

Chercheur et économiste, auteur de l'ouvrage "Le retour de la bicyclette, Une histoire des déplacements urbains en Europe, de 1817 à 2050" aux éditions La Découverte.

Vous aimerez également...

2 Comments

  1. Bon­jour,

    Bra­vo pour cet arti­cle que je trou­ve vision­naire : le vélo au coeur des trans­ports de prox­im­ité, avec tout un univers qui gravite autour de lui. C’est malin, c’est logique, c’est réal­iste. A dans 20 ans, aux détours d’un ate­lier-vélo ! 😉

  2. Ping : Bicioso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close