DécryptageLe Concentré d'Actu

Déconfinement : repenser les rues pour tenir compte des impératifs de distanciation physique

Des aménagements provisoires (pistes cyclables, piétonisation) sont envisagés pour permettre de conserver la distanciation sociale des piétons et des cyclistes qui veulent éviter les transports en commun

Bogo­ta, New-York, Berlin ont ouvert la voie des pistes cyclables tem­po­raires. Les mesures de con­fine­ment ont entrainé un effon­drement du traf­ic indi­vidu­el motorisé, libérant de la place pour des modes de déplace­ments alter­nat­ifs.

Repenser l’organisation des rues pour tenir compte des impératifs de distanciation physique

A l’occasion du décon­finent­ment, en France et à l’étranger, on repense déjà l’organisation des rues pour tenir compte des impérat­ifs de dis­tan­ci­a­tion physique explique Olivi­er Raze­mon dans un arti­cle du Monde.fr.

Le gouvernement, le vélo et le monde d’après?

À l’heure du décon­fine­ment, qui aura envie de revenir à la promis­cuité des trans­ports en com­mun inter­roge l’independant.fr ? La ques­tion des déplace­ments de demain, en par­ti­c­uli­er les tra­jets urbains domi­cile-tra­vail, est étudiée par le gou­verne­ment. La min­istre de la Tran­si­tion écologique en a par­lé à Pierre Serne, prési­dent du Club des Villes et Ter­ri­toires cyclables : et si le vélo deve­nait l’outil de déplace­ment par­fait ques­tionne leparisien.fr.

Sur France Inter, Pierre Serne affirme que  «Le vélo est un mode de déplace­ment par­ti­c­ulière­ment adap­té à la sit­u­a­tion actuelle et celle que l’on va vivre pro­gres­sive­ment, on y a une forme de dis­tan­ci­a­tion sociale qui est celle recom­mandée actuelle­ment, et cela a été décrit par les épidémi­ologiques comme un mode par­faite­ment adap­té au décon­fine­ment»

Les grandes métropoles s’engagent à la création de pistes cyclables temporaires

« Le vélo est le mode de déplace­ment idéal pour le décon­fine­ment » rap­pelle l’association Lyon­naise La Ville à Vélo dans une tri­bune parue dans le Pro­grès et encour­age la métro­pole à amé­nag­er des pistes cyclables pro­vi­soires. Sur actu.fr David Kimelfeld, Prési­dent de la métro­pole de Lyon a annon­cé tra­vailler sur l’Urbanisme Tac­tique

Le maire de Mont­pel­li­er a annon­cé la créa­tion de pistes cyclables tem­po­raires le temps du con­fine­ment (france3.fr). Paris l’envisage égale­ment. Cer­tains voient là l’occasion idéale de se met­tre au vélo et de con­tin­uer à en faire après peut on lire sur francebleu.fr. La région Ile-De-France veut un coup d’accélérateur témoigne 20minutes.fr. En Seine-Saint-Denis, plusieurs col­lec­tiv­ités  se dis­ent favor­ables à la mise en place d’itinéraires pro­vi­soires 100 % vélo dans les prochaines semaines. Ils per­me­t­traient d’éviter les trans­ports en com­mun sans pour autant se rabat­tre vers sa voiture indi­vidu­elle (leparisien.fr). Le vélo aide au décon­fine­ment explique Math­ieu Chas­signet dans une inter­view du Parisien. Toulouse ouvre la voie à la mise en place de pistes cyclables pro­vi­soires, Rennes compte accélér­er le déploiement de son plan vélo. Greno­ble va inciter les usagers à se déplac­er à vélo, des coro­na-voies à l’étude à Reims, Mar­seille annonce un plan vélo d’urgence ain­si qu’à Nice. Dans la métro­pole de Rouen le vélo est encour­agé,  tout comme à Reims et Charleville-Méz­ières

Comment procéder ? Qu’est ce qu’un aménagement provisoire ? des explications fournies par le CEREMA

Un arti­cle pub­lié par le Cere­ma détaille les solu­tions déployées dans les dif­férentes villes et présente les solu­tions pour des amé­nage­ments cyclables pro­vi­soires. Le poten­tiel est “con­sid­érable” en France pour instau­r­er de tels amé­nage­ments déclare le CEREMA dans un arti­cle de la Banque des Ter­ri­toires. Un webi­naire organ­isé le 22 avril a accueil­li 500 par­tic­i­pants, il est disponible en ligne.

Est ce réservé aux grandes métropoles ?

Elles sont les pre­mières à s’être engagées dans des amé­nage­ments pro­vi­soires et dans l’urbanisme tac­tique. Mais il y a fort à pari­er que dans chaque ville et vil­lage la ques­tion va se pos­er, illus­tra­tion :

Cette rue à sens-unique d’une ville de 10000 habi­tants du Sud de l’Oise dessert une école élé­men­taire de 120 élèves. Le trot­toir ne fait pas un mètre de largeur à gauche, celui de droite, à cause du sta­tion­nement ne laisse que 50 cm de largeur pour les pié­tons. A l’heure de la classe, la rue est rem­plie de voitures, com­ment imag­in­er main­tenir une dis­tance de 1m50 entre les pié­tons qui accom­pa­g­neront leurs enfants à l’école ? Dépos­er ses enfants en voiture quand la pol­lu­tion de l’air est un « fac­teur aggra­vant » pour la prop­a­ga­tion du virus ?

On ne va pas tous pou­voir sor­tir du con­fine­ment pour se recon­fin­er en voiture

résume Stein Van Oost­eren dans Usbek & Rica

Tags
En voir plus

Thierry Roch

Président de l'au5v, Association des Usagers du Vélo, des Voies Vertes et Véloroutes des Vallées de l'Oise.

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close