La Tribune

Le vélo, casseur de grève ?

La pratique du vélo explose durant les grèves, on peut s’en réjouir ! Mais faut-il faire du vélo un symbole des opposants à la grève ?

5 décem­bre 2019, c’est l’effusion dans le monde du vélo, les cen­trales syn­di­cales appel­lent à une grève qui s’annonce par­ti­c­ulière­ment suiv­ie dans les trans­ports col­lec­tifs. Tous les pro-vélo ont en tête 1995 : la longue grève (de la RATP notam­ment) a lancé le renou­veau du vélo en Île-de-France. Et en effet, dans les grandes villes, la grève lancée en décem­bre a eu un effet extrême­ment posi­tif sur l’usage du vélo : le traf­ic a été mul­ti­plié par deux ou trois sur les pistes cyclables parisi­ennes.

Il y a plusieurs leçons à tir­er.

Les modes de trans­ports sont en con­cur­rence, d’abord. L’usage du vélo aug­mente mécanique­ment lorsque d’autres modes sont imprat­i­ca­bles (soit des usagers des TC soit des auto­mo­bilistes, con­fron­tés à des bou­chons dan­tesques, passent au vélo). On le sait déjà, mais ce n’est pas tous les jours qu’on peut le con­stater avec autant de clarté que durant ces grèves. La cou­ver­ture média intense sur les prob­lé­ma­tiques de trans­ports et sur le vélo s’est con­cen­trée sur la région parisi­enne, ne l’oublions pas. Ailleurs, les grèves spo­radiques ont eu un effet réel, mais pour obtenir un effet durable, il fau­dra du courage poli­tique pour ren­dre moins attrac­t­if l’usage de la voiture.

L’autre leçon est poli­tique. Le vélo peut devenir un sym­bole pour les opposants au mou­ve­ment social. On a vu sur les réseaux soci­aux de farouch­es opposants à la grève de la RATP s’enorgueillir d’avoir réus­si à aller au boulot à vélo — « messieurs/dames les grévistes, vous ne m’aurez pas ». Plan­tu en a fait un dessin (Mar­i­anne chevauchant un vélo en forme de Philippe Mar­tinez). Le Point a rédigé un savoureux arti­cle inti­t­ulé « Ces gens de droite con­ver­tis au vélo… et à Hidal­go », y témoignent des scooter­istes ou auto­mo­bilistes repen­tis, néo-usagers du vélo, con­va­in­cus par la poli­tique d’aménagement de la maire.

C’est une bonne nou­velle : le vélo sort du « ghet­to » éco­lo. La bataille cul­turelle menée par la FUB et ses mem­bres porte des fruits vis­i­bles puisque de plus en plus d’acteurs poli­tiques, de médias, de tous hori­zons, par­lent avec sérieux de la solu­tion vélo.

Cela dit, il faut être vig­i­lant. La FUB n’a pas voca­tion à émet­tre un avis sur la stratégie des syn­di­cats pour s’opposer au pro­jet du gou­verne­ment, et encore moins sur la réforme des retraites. Elle n’a pas d’avis sur le ser­vice min­i­mum dans les trans­ports, con­traire­ment à la FNAUT. Elle œuvre pour « ren­dre attrac­tive et sûre » la solu­tion vélo. Or, dans cette péri­ode de grève, la fron­tière a été par­fois ténue entre « accom­pa­g­ne­ment des poten­tiels usagers vers le vélo » et franche réjouis­sance que les grèves n’aient pas d’impact sur les cyclistes. Gag­n­er des sou­tiens chez les anti-grèves, pourquoi pas ! Mais con­tribuer à faire du vélo un out­il de lutte con­tre les syn­di­cats, bof…

Or, nous n’avons pas à choisir. En témoigne l’astucieuse for­mule de Mieux se Déplac­er à Bicy­clette (MDB) dans son info­let­tre de décem­bre 2019 : « vos col­lègues se deman­dent par quel mir­a­cle ils vont pou­voir arriv­er au boulot quand les autres s’interrogent sur le meilleur moyen d’aller à la manif’ ? […] Vous con­nais­sez la solu­tion : le vélo ! ».

Un article à lire aussi dans Vélocité n°154 — janvier-février-mars 2020, une publication de la FUB.

Tags
En voir plus

Joseph D'halluin

Secrétaire général de la FUB et observateur attentif des mobilisations pro-vélo en France et dans le monde.

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close