Décryptage

L’impossible Saint-Malo — Dinard à vélo par le barrage de la Rance

La route à deux fois deux voies qui passe sur le barrage de la Rance n’a toujours pas d’aménagement cyclable. La dispersion des interlocuteurs ne facilite pas la tâche des trois associations qui bataillent depuis quatre ans. La solution pourrait naître cette année.

Même si vous n’êtes pas de la région, vous avez sans doute enten­du par­ler du bar­rage de la Rance (Ille-et-Vilaine), avec son usine maré­motrice qui pro­duit de l’électricité grâce à l’énergie des marées. Inau­guré en 1967, il sert de sup­port à une route à qua­tre voies très fréquen­tée avec plus de 30 000 véhicules en moyenne par jour. Un chiffre qui peut grimper jusqu’à 50 000 en été. Bien qu’étant un tronçon du grand itinéraire européen l’Eurovélo 4 (Europe Cen­trale Roscoff), il n’existe aucun amé­nage­ment pour les cyclistes ni sur le bar­rage (750 m), ni sur ses accès routiers.

Un arti­cle de Véloc­ité n°129, de jan­vi­er-févri­er 2015, relatait l’effarement de cyclo­touristes du pays de Gex décou­vrant que « la seule solu­tion pour rejoin­dre Saint-Malo est de pren­dre la 2 x 2 voies qui passe sur le bar­rage de l’usine maré­motrice de la Rance. (.…)  Nous devons quand même nous lancer sur la 2 x 2 voies , où la cir­cu­la­tion est rapi­de et dense et où il n’y a aucun amé­nage­ment cyclable (…). Nous voyons plusieurs autres vélos, cela sem­ble donc habituel mais pour nous ça ne l’est vrai­ment pas ! ».

Hélas, rien n’a changé depuis…

L’aménagement du pas­sage pour les vélos sur le bar­rage de l’usine maré­motrice de la Rance et ses accès est une ques­tion majeure sur laque­lle tra­vail­lent depuis plusieurs années les asso­ci­a­tions affil­iées à la FUB, présentes sur le ter­ri­toire.

Des actions

A l’initiative des asso­ci­a­tions « À Vélo Malo » de Saint-Malo et « Liaisons douces en pays de Dinan », une réu­nion publique avait été organ­isée le 23 avril 2016 avec plusieurs représen­tants de divers­es col­lec­tiv­ités, dont le con­seiller départe­men­tal en charge des liaisons douces. Plusieurs asso­ci­a­tions bre­tonnes affil­iées à la FUB, Olivi­er Schnei­der ain­si que le représen­tant départe­men­tal de l’AF3V avaient fait le déplace­ment. Des propo­si­tions d’aménagements sur le bar­rage et ses abor­ds pour faciliter le pas­sage des cyclistes ont alors été avancées et dis­cutées. Débouchant notam­ment sur notre propo­si­tion d’établir en encor­belle­ment, côté bassin, une passerelle sup­por­t­ant une piste bidi­rec­tion­nelle descen­dant depuis le radar et pas­sant devant les vannes, jusqu’à rejoin­dre la par­tie courante du bar­rage où le trot­toir est plus large. Cet investisse­ment pour les cir­cu­la­tions douces pour­rait être l’occasion d’un beau geste archi­tec­tur­al.

En avril 2016, véloru­tion sur le bar­rage de la Rance organ­isée par les asso­ci­a­tions bre­tonnes, en présence d’Olivier Schnei­der. ©Liaisons douces en pays de Dinan

Comme cette réu­nion avait été suiv­ie d’une « véloru­tion » sur le bar­rage, des arti­cles sont ensuite parus dans la presse locale. En novem­bre 2016, le Con­seil départe­men­tal a demandé aux deux com­mu­nautés de com­munes con­cernées des deux côtés de la Rance de tra­vailler sur ce sujet.

Les déplace­ments à vélo au quo­ti­di­en ne doivent pas faire oubli­er l’importance touris­tique pour la région Bre­tagne d’une liai­son cyclable de qual­ité sur le bar­rage de la Rance.

Le 29 juil­let 2018, nos trois asso­ci­a­tions ont accom­pa­g­né à son pas­sage du bar­rage l’association « Cyclo­transeu­rope » qui fait la pro­mo­tion des grands itinéraires européens pour les cyclo­touristes, met­tant ain­si l’accent sur ce point noir d’un grand itinéraire européen. Cela nous a valu un arti­cle avec pho­to à la une du quo­ti­di­en Ouest-France.

De la concertation

En mars 2017 « À Vélo Malo » était invité au siège de Saint-Malo aggloméra­tion  dans le cadre de l’élaboration du sché­ma directeur cyclable de l’agglomération pour arrêter des pistes d’actions… qui n’avaient tou­jours pas été ren­dues publiques début 2019.

Au sein du Comité de développe­ment du pays de Saint-Malo, en 2017 et 2018 a été mené un tra­vail sur les cir­cu­la­tions douces : audi­tions et ren­con­tres avec les com­mu­nautés de com­munes, échanges d’expériences avec des com­munes. Un doc­u­ment de qua­tre pages syn­théti­sant ce tra­vail va être présen­té aux élus du pays en févri­er.

Le 9 jan­vi­er de cette année, une ren­con­tre a eu lieu avec le nou­veau directeur du bar­rage, EDF étant con­ces­sion­naire du bar­rage qui appar­tient à l’État. EDF n’a pas d’objection de principe sur des amé­nage­ments cyclables dès lors que cela n’interfère pas sur son exploita­tion.

Des propositions

Mi-sep­tem­bre 2018, l’association « À Vélo Malo » et la toute nou­velle asso­ci­a­tion « Dinard Émer­aude à vélo » ont écrit con­join­te­ment aux deux maires de Dinard et de Saint-Malo ain­si qu’au Con­seil départe­men­tal, pro­posant :

« Dans l’attente d’une liai­son cyclable sécurisée et pérenne dont l’évidence appa­raît chaque jour plus urgente, nous vous lançons un appel visant à amélior­er la sit­u­a­tion actuelle.
Une solu­tion serait d’adapter les liaisons mar­itimes de bus de mer (10 min de tra­ver­sée). Cette adap­ta­tion con­sis­terait à :

  • Faire débuter plus tôt dans la mat­inée les départs ;
  • Pro­longer légère­ment les départs en fin de journée ;
  • Réduire le tarif actuel des bil­lets indi­vidu­els et surtout des abon­nements sans inclure de coût sup­plé­men­taire pour le trans­port des vélos. Cela per­me­t­trait aux étu­di­ants, lycéens et col­légiens d’emprunter préféren­tielle­ment ce moyen de trans­port.
  • Met­tre en place un parte­nar­i­at pub­lic-privé entre les communes/communautés de com­munes ou d’agglomération d’une part et la com­pag­nie d’autre part pour financer la pro­lon­ga­tion des liaisons actuelles.

Cette propo­si­tion nous sem­blerait effi­cace pour soulager le traf­ic auto­mo­bile. Elle nous sem­ble en out­re facile à met­tre en œuvre. De plus, elle serait béné­fique aux jeunes cyclistes qui gag­n­eraient ain­si en autonomie pour leurs déplace­ments, et en san­té grâce à un exer­ci­ce physique quo­ti­di­en. »

Bus de mer d’avril à novembre

Il faut savoir qu’en com­bi­nant vélo et navette mar­itime, on peut ral­li­er le cen­tre de Saint-Malo au cen­tre de Dinard en 30 min­utes. En emprun­tant la Route Départe­men­tale 168 qui passe sur le bar­rage, on peut aller de la gare de Saint-Malo au cen­tre de Dinard en moins de 40 min et encore moins si on utilise un vélo à assis­tance élec­trique ; ce qui est équiv­a­lent à la durée du tra­jet en voiture hors sai­son touris­tique.

La mise en place d’un équipement type passerelle pour vélos, tel que nous le pré­con­isons, serait donc béné­fique à la fois pour la san­té des util­isa­teurs et pour l’environnement, en réduisant le traf­ic voitures au prof­it du traf­ic vélos.

Ces propo­si­tions n’ont reçu aucun écho des mairies. Nous avons ren­con­tré en décem­bre 2018 le ges­tion­naire privé des bus de mer, qui assure la liai­son entre Saint-Malo et Dinard d’avril à novem­bre. Il a accep­té de pro­pos­er des tar­ifs plus attrac­t­ifs pour les per­son­nes ayant un vélo.

Un détour de 40 km !

Nous avons ren­con­tré fin sep­tem­bre 2018 le Con­seil départe­men­tal. Il nous a annon­cé que la piste bidi­rec­tion­nelle prévue dans les travaux con­nex­es au grand rond-point des Mil­lières côté Dinard ne sera pas opéra­tionnelle tant que le dossier n’est pas traité dans son ensem­ble. Le Con­seil départe­men­tal  présente par ailleurs comme alter­na­tive pour l’itinéraire EV4 un pas­sage en amont de la Rance par le pont Saint-Hubert, avec un détour de près de 40 km sur routes.

Le site « France vélo tourisme » décon­seille pour des raisons de sécu­rité d’emprunter la D168 (le pas­sage par le bar­rage) et pré­conise ce détour !

Nous avons rap­pelé que nos asso­ci­a­tions mili­tent à la fois pour le cyclo­tourisme, qui se développe d’ailleurs forte­ment, et pour les déplace­ments au quo­ti­di­en ; et que cette solu­tion d’un long détour est totale­ment irréal­iste.

Il est enfin heureuse­ment ques­tion d’une étude de fais­abil­ité pour l’étude de l’aménagement du pas­sage à vélo sur le bar­rage, y com­pris ses accès : un appel à can­di­da­tures va être lancé cette année par le Con­seil départe­men­tal avec un cofi­nance­ment partagé par tiers égaux avec les deux com­mu­nautés de com­munes.

Une pétition…

Dans ce con­texte où les usagers s’exaspèrent de ne pas voir avancer ce dossier de façon con­crète, une péti­tion a été lancée le 10 jan­vi­er par un citoyen cycliste de Saint-Malo agis­sant à titre per­son­nel, inti­t­ulée « Des alter­na­tives à la voiture entre Saint-Malo et Dinard ! » :

« Con­sid­érant que se ren­dre à Dinard depuis Saint-Malo ou l’inverse implique actuelle­ment de se déplac­er en voiture, ou éventuelle­ment en bus avec une fréquence et dans des créneaux horaires très lim­ités.

Con­sid­érant que des travaux impor­tants pour un échangeur routi­er menés par le con­seil départe­men­tal (il s’agit d’une route départe­men­tale) ne pren­nent pas en compte les déplace­ments à vélo.

Con­sid­érant qu’à l’heure de la tran­si­tion écologique, inéluctable, il est néces­saire de dévelop­per des alter­na­tives pour ceux qui ne veu­lent pas utilis­er leur voiture ou pour ceux qui n’en ont tout sim­ple­ment pas.

Plusieurs moyens sont pos­si­bles :

  • Aug­menter la fréquence de la liai­son en bus, et cela à un tarif acces­si­ble à tous ; faciliter l’emport de vélos ;
  • Dévelop­per un ser­vice pub­lic de liai­son par bus de mer (avec emport de vélo) à un tarif acces­si­ble à tous.
  • Dévelop­per une piste cyclable per­me­t­tant de reli­er les cen­tres de ces deux villes, de jour comme de nuit, de manière sécurisée ».

… et peut-être une solution

La leçon à tir­er de ce long, trop long proces­sus de prise de déci­sion est que bien sûr le dossier est com­plexe vu le nom­bre d’intervenants, mais qu’il devient encore plus urgent de trou­ver une solu­tion lorsque les élus ne pren­nent pas en compte de façon sérieuse les avis exprimés par les usagers.

Nous avons donc appelé à sign­er cette péti­tion pour mon­tr­er aux décideurs poli­tiques la volon­té des pop­u­la­tions de dis­pos­er rapi­de­ment, et pas dans 10 ans, d’une liai­son sécurisée pour les vélos entre Saint-Malo et Dinard. A ce jour, elle rassem­ble plus de 900 sig­na­tures !

Nous porterons cette péti­tion au Con­seil départe­men­tal et dans les deux com­mu­nautés de com­munes con­cernées, pour mon­tr­er l’importance que les citoyens attachent à ce dossier, et accélér­er le proces­sus de déci­sion.

Un article à lire aussi dans Vélocité149 — janvier-février 2019, une publication de la FUB.

Tags
En voir plus

Les présidents des trois associations FUB

Jean-Pierre Rousseau, « À Vélo Malo», Jocelyne Leclerc, « Liaisons doucesen pays de Dinan » et Bruno Caline, « Dinard Emeraude à Vélo »

Vous aimerez également...

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close