A lire

Déjà 165 réponses à l’appel à projets Vélo et territoires

En prélude au plan vélo, il y a déjà le « Savoir rouler » avant l’entrée au collège, on a aussi l’appel à projets Vélo et territoires, destiné à encourager sous diverses formes la solution vélo dans des collectivités de taille moyenne. En attendant l’aide au financement d’infrastructures, qui doit être transcrit dans la loi sur les mobilités.

’appel à pro­jets lancé en sep­tem­bre dernier par l’ADEME et le min­istère de la Tran­si­tion écologique et sol­idaire(1) s’inscrit dans cette même logique, comme un prélude à d’autres aides d’Etat aux ini­tia­tives locales en faveur de l’usage du vélo. Cet appel s’adressait aux col­lec­tiv­ités de moins de 250 000 habi­tants pour le finance­ment de trois types de pro­jets : des études (de plan­i­fi­ca­tion, de maîtrise d’ouvrage, de maîtrise d’œuvre), le développe­ment de ser­vices vélo et le recrute­ment de chargés de mis­sion vélo et mobil­ités actives.

Tous types de territoires concernés

Cet appel a sus­cité pas moins de 165 can­di­da­tures de sep­tem­bre à décem­bre, représen­tant un poten­tiel glob­al de 17 M d’€ d’aides. Les can­di­dats sont issus de toutes les régions mét­ro­pol­i­taines, ain­si que de Guyane et de Nou­velle-Calé­donie.

L’ADEME y voit un sig­nal fort de la volon­té d’évoluer dans des zones urban­isées hors des grandes métrop­o­les, notant au pas­sage l’intérêt pour l’intermodalité avec le train, phénomène ren­for­cé par l’essor du vélo à assis­tance élec­trique. Une étude menée en 2017 par l’Agence avait mon­tré qu’un abon­né qui a une con­signe vélo en gare économise en moyenne 2 200 km de tra­jets en voiture chaque année ; et que 12 % des abon­nés à une con­signe vélo devi­en­nent de nou­veaux util­isa­teurs réguliers du TER à la place de leur voiture.

Par­mi les 165 can­di­dats, on relève, out­re des com­munes ou groupe­ments de com­munes, deux départe­ments, cinq parcs naturels régionaux, ou encore
14 syn­di­cats et pôles d’équilibre ter­ri­to­r­i­al et rur­al. Si cer­tains ter­ri­toires se lan­cent dans une poli­tique vélo, d’autres, déjà engagés, veu­lent chang­er d’échelle et accélér­er la pra­tique. Le vélo intéresse donc tous les types de ter­ri­toires et des sit­u­a­tions con­trastées par rap­port aux usages actuels.

Périurbain et intermodalité

Selon l’Observatoire des mobil­ités émer­gentes, deux tiers des auto­mo­bilistes se dis­ent dépen­dants de la voiture indi­vidu­elle et déclar­ent ne pas avoir d’autre choix. Voilà donc que se con­firme, au moment où l’ADEME ouvre un sec­ond volet d’appel à can­di­da­tures (la date lim­ite était le 28 févri­er), l’intérêt de la solu­tion vélo non plus seule­ment en ville, mais aus­si dans le péri­ur­bain et le rur­al. A con­di­tion que ce soit dans une inter­modal­ité des trans­ports plus effi­cace, au béné­fice de tous ceux qui se sont retrou­vés piégés dans un sys­tème con­stru­it autour de la voiture indi­vidu­elle.

Un autre appel à pro­jets con­cerne lui la réso­lu­tion — sou­vent assez onéreuse — des dis­con­ti­nu­ités cyclables dues aux coupures urbaines(2). Pour le Gou­ver-nement, « il s’agit ain­si de reli­er dans de bonnes con­di­tions des zones d’emploi, d’habitat, des étab­lisse­ments d’enseignement et de for­ma­tion, et de mieux desservir les pôles d’échanges mul­ti­modaux. » Un pre­mier relevé est d’ores et déjà prévu mi-avril 2019 et un sec­ond fin 2019.

La loi sur les mobil­ités actives devrait être débattue en avril au Sénat, puis en mai ou juin à l’Assemblée.

Notes :
(1) goo.gl/fT3aLD
(2) goo.gl/FS83Ao

Un article à lire aussi dans Vélocité149 — janvier-février 2019, une publication de la FUB.

Tags
En voir plus

Jean-Michel Trotignon

Rédacteur en chef de Vélocité, la revue (papier) de la FUB

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close