Décryptage

Rio et Sao Paulo à vélo

J’ai eu l’occasion de retourner au Brésil pour un voyage familial, avec, bien sûr, un regard intéressé sur les problèmes de mobilité qui se posent à ce grand pays que l’on classe comme émergent. J’ai pu constater encore une fois que malgré des reliefs pas négligeables et l’automobile et l’avion qui dominent les déplacements, le vélo a une place importante dans la vie brésilienne.

Rio de Janeiro

La ville de Rio a choisi de con­sid­ér­er le vélo comme un moyen de déplace­ment à pren­dre en compte. Elle a accueil­li le con­grès Véloc­i­ty en juin 2018. C’est un choix dif­fi­cile dans cette ville de 6 mil­lions d’habitants et une aggloméra­tion de 12 mil­lions. Située à l’entrée d’une grande baie, elle se développe en linéaire le long de l’océan sur les espaces calmes lais­sés par les reliefs gran­i­tiques célèbres.

La voiture est le mode de déplace­ment dom­i­nant avec des voies autoroutières sat­urées, des via­ducs, des tun­nels tra­ver­sant les mon­tagnes. Métro et tramway sont peu dévelop­pés. Le métro est lim­ité à deux lignes se recou­vrant, linéaire le long de la baie et des plages. Dans le cen­tre, deux lignes de tramway de 5 km seule­ment ont été réal­isées en 2016 par Alstom pour les jeux olympiques, entre la Rodoviária, la gare routière la plus fréquen­tée du Brésil (200 lignes de bus et 50 000 pas­sagers), et l’aéroport de San­tos-Dumont pour l’une, et la Praça XV, l’embarcadère qui per­met de tra­vers­er les 5 km de la baie pour rejoin­dre Niteroi pour l’autre. Un pit­toresque tramway por­tu­gais date du début XXe siè­cle, le San­ta Tere­sa, dont la par­tie haute est en travaux de réno­va­tion. Tout cela est bien peu ! Le reste des trans­ports en com­mun est assuré par de nom­breuses com­pag­nies de bus avec sou­vent des voies en site pro­pre le long des autoroutes. Quand on le prend, il faut s’accrocher, car ça démarre en trombe ! Les trans­ports en com­mun sont gra­tu­its pour les seniors. Les taxis sont aus­si très nom­breux et pas trop chers.

On voit beau­coup de vélos un peu partout dans la par­tie cen­trale et touris­tique de la ville. Ce sont des gens de tous âges qui se dépla­cent pour leur activ­ité, cer­tains trans­portent des enfants. Cer­tains por­tent un casque mais beau­coup n’en ont pas. Ils sont sou­vent équipés de paniers, plus ou moins grands, pour le trans­port de pro­duits.

Le vélo est un moyen de déplace­ment qui a tou­jours existé et qui se main­tient. Pour cela, des amé­nage­ments cyclables ont été réal­isés. On dit que Rio a atteint la barre des 400 km de pistes cyclables. La ville con­tin­ue de dévelop­per son réseau avec cette année 20 km de plus. La plus célèbre et vis­i­ble est la piste cyclable Niemey­er qui court tout le long des plages de la zone sud et se  pro­longe dans le cen­tre. Mal­heureuse­ment, en avril 2016, elle a été coupée par un effon­drement. Elle reste très fréquen­tée.

Rio a mis en place depuis pas mal d’années des vélos en libre ser­vice : Bike Rio, c’est le TEMBICI, mis en place par ITAU, une grande banque du Brésil, (bikeitau.com.br/bikerio/). ITAU annonce aujourd’hui 260 sta­tions et 2 600 vélos.  L’utilisation de ces vélos est sim­ple avec un abon­nement et une carte, un télé­phone portable brésilien, ou un smart­phone sur lequel on télécharge l’application. Avec un for­fait d’environ 1,2 € par jour ou 2,5 Ä par mois pour 24h d’utilisation, le tra­jet de moins de
60 min est gra­tu­it, et au-delà, 1,2 Ä par heure. Le vélo est ren­du à n’importe quelle sta­tion.

Ubatu­ba, petite ville de la côte Atlan­tique. ©A. Cessieux

C’est éton­nant de voir la fréquen­ta­tion impor­tante de ces vélos, aus­si bien dans la ville que sur les plages, où c’est plus la prom­e­nade qui domine. C’est impres­sion­nant de voir le plaisir que pren­nent tous ces cyclistes à se déplac­er le long de ces superbes plages de 5 km alors que le traf­ic est arrêté. Le dimanche et les jours fériés, sur les plages de Copaca­bana et d’Ipanema, la moitié de la chaussée côté bord de mer est fer­mée à la cir­cu­la­tion et réservée aux seuls cyclistes et pié­tons afin de per­me­t­tre aux promeneurs de déam­buler en toute quié­tude.

J’ai vu un peu partout des vélocistes qui louent aus­si des vélos. Dans la foule des cyclistes, j’ai même vu un cou­ple de jeunes ran­don­neurs avec leurs sacoches bien rem­plies.

 

Sao Paulo

Dans cette ville gigan­tesque, on com­mence à voir pas mal de cyclistes et ce ne sont pas que des promeneurs, des cyclo sportifs mais aus­si pas mal d’hommes et de femmes qui se dépla­cent surtout aux heures de pointe. Des ban­des cyclables sont amé­nagées le long des grandes artères, iden­ti­fi­ables par le dessin d’une bicy­clette blanche au sol. Mais aus­si sur les grands itinéraires auto­mo­biles, des pistes cyclables totale­ment séparées de la route de couleur rouge avec de très nom­breuses passerelles de fran­chisse­ment des autoroutes.

Sao Paulo est la troisième aggloméra­tion du monde, une ville de 16 mil­lions d’habitants et une aggloméra­tion de
23 mil­lions. Elle représente à elle seule 40 % de l’économie du Brésil. La mobil­ité est une grande ques­tion !

L’amélioration de l’économie nationale avait induit une aug­men­ta­tion impor­tante du nom­bre de véhicules mais l’infrastructure routière n’avait pas beau­coup pro­gressé et cela con­duit à une sit­u­a­tion de cir­cu­la­tion très dif­fi­cile, avec des embouteil­lages per­ma­nents. On est proche de l’asphyxie !

Des transports en commun insuffisants

Un réseau de métro con­séquent existe et se développe mais il coute très cher et des acci­dents de travaux ont con­duit à des arrêts de chantier longs pour que les juge­ments inter­vi­en­nent ! Même si le réseau, très fréquen­té et com­plété par des lignes de bus nom­breuses, pro­pose les Bus Rapid Tran­sit, tout cela reste insuff­isant pour sat­is­faire les besoins.

Lut­ter con­tre les dif­fi­cultés de déplace­ment en voiture, con­tre la pol­lu­tion de l’air : la col­lec­tiv­ité n’a pas beau­coup de marge de manœu­vre. Inciter à sup­primer les véhicules anciens, met­tre en place un péage urbain, pèseraient lourd sur la pop­u­la­tion et les recettes atten­dues seraient insuff­isantes pour financer des lignes de métro.

Il sem­ble que Sao Paulo pense que le vélo peut avoir une util­ité dans la mobil­ité, essen­tielle­ment pour tous les déplace­ments de quelques km, alors pourquoi s’en priv­er ?

Campagnes d’incitation au vélo

De gross­es cam­pagnes de com­mu­ni­ca­tion sont dif­fusées sur les bien­faits du vélo : l’activité physique sur la san­té, faire des économies pour aller tra­vailler, en soulageant le réseau de bus et en amélio­rant la qual­ité de l’air. Elles s’attachent à créer une con­vivi­al­ité entre auto­mo­bilistes, cyclistes et pié­tons.

Dans le Parc Ibi­ra­puera à Sao Paulo. ©A. Cessieux

Un pro­gramme de créa­tion de pistes cyclables est engagé avec, dans le cen­tre, la créa­tion d’un réseau cyclable en site pro­pre et de nom­breux couloirs dédiés aux cyclistes pour essay­er de faciliter la cohab­i­ta­tion avec les auto­mo­bilistes et per­me­t­tre de prof­iter de la ville.

Beau­coup de vélocistes louent aus­si des vélos. Les week-ends et jours fériés, la Paulista est réservée aux vélos comme plusieurs grandes voies et des parcs comme le Par­que Ibi­ra­puera.

Des balades à vélo gra­tu­ites sont pro­posées pour des vis­ites à vélo du cen­tre-ville, des sites cul­turels, des murs, du parc Ibi­ra­puera.

Vélos partagés

Sta­tion VLS à l’arrêt de métro Cidade Jardim à Sao Paulo. ©A. Cessieux

Des vélos en libre ser­vice ont fait leur appari­tion. Même si on en voit moins qu’à Rio, pas mal de sta­tions sont créées. Comme à Rio, c’est ITAU, une banque du Brésil, qui met en place des vélos en libre ser­vice TEMBICI (bikeitau.com.br/bikerio/). Ils annon­cent 260 sta­tions et 2 600 vélos. Pour utilis­er ces vélos, il faut un abon­nement géré par une carte et un télé­phone portable brésilien, ou un smart­phone sur lequel on télécharge l’application. Le for­fait coûte env­i­ron 2 € par jour et 4 Ä pour 3 jours, 5 Ä pour un mois et 40 Ä par an. Un tra­jet de moins de 60 min est gra­tu­it. Le vélo doit être reposé au moins 15 min. Au-delà d’une heure, c’est 1,2 Ä par heure. Le vélo est ren­du à n’importe quelle sta­tion. L’idée annon­cée est de partager util­i­sa­tion du vélo pour tous jusqu’à une heure. Beau­coup de sta­tions sont implan­tées à côté d’une gare de métro. Le vélo aug­mente la zone d’influence de la sta­tion de métro.

On voit aus­si beau­coup de vélos Yel­low Bike dans le cen­tre de Sao Paulo. Yel­low Bike annonce 2 000 vélos et 1 000 trot­tinettes. Il suf­fit de charg­er l’application disponible sur son smart­phone, créer un compte, le créditer, repér­er un vélo par GPS, le déblo­quer par le QR code placé sur l’arrière du vélo. Il n’y a pas de point fixe pour ces bicy­clettes. Après util­i­sa­tion, il faut ver­rouiller le vélo manuelle­ment et le laiss­er à un emplace­ment choisi à l’intérieur du périmètre cen­tre-ville défi­ni, sinon c’est une amende de 30 réals (un peu plus de
7 €). Le ser­vice coûte env­i­ron 1,2 Ä toutes les 15 min­utes. L’utilisateur peut ajouter des crédits sur son appli­ca­tion. L’idée est que les vélos soient util­isés pour des déplace­ments de 2 km, en com­plé­ment d’autres modes de trans­port, générale­ment le métro.

Des embouteillages monstrueux

Si cette ville gigan­tesque, célèbre pour ses embouteil­lages mon­stres de 100 à 200 km jour­naliers, dom­inée par le lob­by des indus­tries auto­mo­bile et routière, a du mal à dévelop­per un réseau de trans­ports en com­mun à la hau­teur, pourquoi le vélo n’aurait-il pas sa place  pour les nom­breux déplace­ments, dont ceux à courte dis­tance ? Dans le cen­tre, le pont route Ele­va­do Prési­dent Joao Goulard est fer­mé à la cir­cu­la­tion et doit être trans­for­mé en parc urbain. Même à Sao Paulo, l’évaporation du traf­ic existe.

Les créa­teurs de Yel­low Bike, qui ont fait un investisse­ment de plus de 10 M d’€, sont Eduar­do Musa, ancien prési­dent de Caloi, Rena­to Fre­itas et Ariel Lam­brecht, les deux derniers étant co-fon­da­teurs de 99 Taxis racheté par un chi­nois pour con­cur­rencer Uber. Caloi a été acquis par Dorel en 2013.

Caloi, LE vélo brésilien

Caloi est un impor­tant fab­ri­cant brésilien de bicy­clettes et d’accessoires pour bicy­clettes. Fondée en 1898 au Brésil, c’est l’une des mar­ques de bicy­clettes les plus anci­ennes et les mieux établies au monde. Cette mar­que est la pre­mière en Amérique latine et elle occupe égale­ment le haut du pavé dans le marché brésilien. Elle offre une vaste gamme de bicy­clettes, qui va des mod­èles de com­péti­tion aux bicy­clettes pour enfants, en pas­sant par les vélos de mon­tagne, urbains, récréat­ifs et de route. Les pro­duits Caloi sont dis­tribués à l’échelle du pays par divers canaux, du marché de masse aux con­ces­sion­naires indépen­dants de bicy­clettes. L’usine Caloi de Man­aus assem­ble des bicy­clettes des­tinées au marché brésilien et à l’exportation pour les mar­ques de la com­pag­nie Dorel, comme Can­non­dale, Schwinn, Mon­goose GT et Sug­oi.

Liens utiles :
https://fr.saopaulomap360.com/
https://www.ativo.com/bike/mobilidade/yellow-bike-sao-paulo-sistema-alugar-por-r1/
http://bikes.oobrien.com/saopaulo/
https://bikeitau.com.br/

 

Un article à lire aussi dans Vélocité149 — janvier-février 2019, une publication de la FUB.

Tags
En voir plus

Albert Cessieux

Administrateur AF3V

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close