Décryptage

Le vélo intègre l’agence de financement des transports

Reconnaissance - enfin - du vélo au plus haut niveau. L’agence française de financement des transports lui ouvre une - petite - ligne de crédit.

Encore un sigle imprononçable à se met­tre dans la tête. AFITF : Agence de Finance­ment des Infra­struc­tures de Trans­port de France.

Incon­nue du grand pub­lic, cette agence d’Etat pèse pour­tant lourd dans cer­taines évo­lu­tions en matière de trans­port, et influ­ence donc nos déplace­ments. Elle ven­tile de gross­es sommes chaque année afin de soutenir des investisse­ments faits par l’Etat ou les col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales, en pre­mier lieu le fer­rovi­aire, mais aus­si les routes, les trans­ports col­lec­tifs, le flu­vial, le mar­itime. Depuis sa créa­tion en 2004, cette agence avait engagé fin 2017 plus de 37 mil­liards d’euros, dont près de la moitié sur le fer­rovi­aire.

Mais jusqu’à main­tenant, il n’y avait pas un cen­time pour le vélo. Ce qui devrait chang­er. Le Pre­mier min­istre l’a dit dans son dis­cours de présen­ta­tion du plan vélo : les 350 M € annon­cés pour soutenir cer­taines infra­struc­tures un peu plus coû­teuses que de sim­ples pistes cyclables (ponts, pas­sages sous ouvrages, rac­corde­ments dif­fi­ciles…) passeront par l’AFITF. C’est une recon­nais­sance con­crète du vélo comme moyen de trans­port au même titre que le rail ou la route.

Les cordons de la bourse

Ce qui veut dire que « le prési­dent de l’AFITF tient une bonne par­tie des cor­dons de la bourse », a affir­mé le 14 sep­tem­bre Edouard Philippe. Le prési­dent de l’AFITF s’appelle Christophe Béchu. Il est maire d’Angers depuis 2014, et a été nom­mé à ce poste en avril dernier par décret du Prési­dent de la République, sur propo­si­tion du Pre­mier min­istre. C’est l’une des raisons pour lesquelles ce dernier avait choisi Angers (c’était en bal­ance avec Dijon) pour présen­ter le plan vélo.

Le jour même de la présen­ta­tion offi­cielle du plan, le prési­dent de l’AFITF déclarait que « l’Agence se tient à la dis­po­si­tion du min­istère des Trans­ports pour apporter son con­cours financier à ce plan vélo ». Et il pré­ci­sait que « l’AFITF, qui a recen­tré ses investisse­ments sur l’amélioration des infra­struc­tures exis­tantes et des sys­tèmes de mobil­ité du quo­ti­di­en, a égale­ment com­mencé à soutenir quelques pro­jets de mobil­ités actives. »  Comme le sou­tien au « volet mobil­ités douces des Con­trats de plan Etat Régions et aux amé­nage­ments con­nex­es (pôles d’échanges mul­ti­modaux notam­ment). »

Dans la suite des Assises de la mobilité

Cette volon­té d’impliquer l’AFITF dans des pro­jets liés au vélo, Christophe Béchu s’en était déjà ouvert au print­emps dernier à l’association locale Place au vélo, avec laque­lle il a com­mencé à réfléchir, en tant que maire d’Angers et prési­dent de l’agglomération, aux équipements cyclables qui pour­raient jus­ti­fi­er une inter­ven­tion finan­cière de l’AFITF.

Le précé­dent prési­dent de l’AFITF était Philippe Duron, qui a joué un rôle impor­tant dans les Assis­es de la mobil­ité fin 2017. En tant que prési­dent du Comité d’Orientation des Infra­struc­tures (COI), il avait fait remon­ter à la min­istre des trans­ports une syn­thèse des recom­man­da­tions à pren­dre en compte dans la future loi sur les mobil­ités actives. Et son rap­port fai­sait bien état de la place impor­tante qu’avait pris le vélo dans les débats des Assis­es de la mobil­ité.

Un article à lire aussi dans Vélocité147 — septembre-octobre 2018, une publication de la FUB.

Tags
En voir plus

Jean-Michel Trotignon

Rédacteur en chef de Vélocité, la revue (papier) de la FUB

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close