Décryptage

De bonnes Assises pour le vélo

Que sont les Assises de la Mobilité pour le vélo? Usine à gaz pour écran de fumée, ou démocratie participative à effet garanti ? Nous serons fixés au Printemps 2018

Que sont les Assis­es de la Mobil­ité pour le vélo? Usine à gaz pour écran de fumée, ou démoc­ra­tie par­tic­i­pa­tive à effet garan­ti ? On ne sera fixés que lorsque le texte de loi sur les mobil­ités aura été défini­tive­ment approu­vé au Print­emps prochain par le lég­is­la­teur.
Dans le doute il valait mieux encore ten­ter le coup : la Fédéra­tion des usagers de la bicy­clette (FUB), qui était absente des Grenelle de l’environnement, est bien présente aux Assis­es de la Mobil­ité. Au niveau nation­al comme dans de nom­breux ate­liers ter­ri­to­ri­aux où ont par­ticipé locale­ment les mil­i­tants vélo.
On est en amont de la procé­dure, mais le pro­jet de loi de 2018 dépend en par­tie du tra­vail fait durant ce dernier trimestre 2017.

Atten­tion, dan­ger : on entre dans une forêt qui s’épaissit au fur et à mesure qu’on pro­gresse. C’est l’impression générale que donne le vaste mou­ve­ment ini­tié en sep­tem­bre par la min­istre déléguée aux trans­ports Elis­a­beth Borne, sous le nom d’ « Assis­es de la mobil­ité ». L’objectif est de pré­par­er une « Loi d’orientation des mobil­ités », qui doit être présen­tée devant les par­lemen­taires début 2018.

Six ateliers thématiques

Il y a donc con­cer­ta­tion, c’est sûr. Et on ne phos­pho­re pas seule­ment à Paris entre ini­tiés. De nom­breux « ate­liers ter­ri­to­ri­aux » fonc­tion­nent dans des villes, et pas for­cé­ment des gross­es, en zone rurale aus­si, où les citoyens sont appelés à échang­er sur leur façon de voir leurs déplace­ments présents et à venir, et ren­con­tr­er des représen­tants de l’administration, des élus, des spé­cial­istes des trans­ports. Ça per­met d’identifier des besoins ou des attentes, d’exprimer peut-être un peu plus claire­ment un ressen­ti quo­ti­di­en que dans son petit cer­cle habituel. Et surtout de con­fron­ter ce ressen­ti à celui des autres.

Pour les web-citoyens qui n’ont pas la pos­si­bil­ité de par­ticiper à l’un de ces ate­liers ter­ri­to­ri­aux, une plate-forme inter­ac­tive a été ouverte par la Min­istère de la tran­si­tion écologique et sol­idaire, pour con­tri­bu­tion libre au grand débat.

C’est aus­si très struc­turé au niveau nation­al, où le tra­vail de réflex­ion entre élus, experts, représen­tants des entre­pris­es, des salariés, asso­ci­at­ifs (dont la FUB, avec son prési­dent et quelques admin­is­tra­teurs) a été répar­ti en six ate­liers thé­ma­tiques : mobil­ités plus pro­pres, plus con­nec­tées, plus sol­idaires, plus inter­modales, plus sûres, et plus souten­ables.

La voiture revient

Apparem­ment les con­cep­teurs de cette vaste con­sul­ta­tion ont eu le souci de ne pas trop focalis­er sur les gross­es aggloméra­tions, et de don­ner une cer­taine impor­tance au péri-urbain. C’est juste­ment là que le vélo est en train de se plac­er, et que la FUB a des chances d’être un peu mieux enten­due qu’elle ne l’a été jusqu’à présent.

D’un autre côté, on est en train d’ouvrir un boule­vard à la voiture élec­trique qui, à force d’avoir été présen­tée sous le précé­dent gou­verne­ment comme « la » solu­tion pour sor­tir de la pol­lu­tion auto­mo­bile, fait par­tie des don­nées de base chez beau­coup de par­tic­i­pants à ces assis­es. Et là, la FUB va devoir pédaler très fort pour mon­tr­er les nou­velles impass­es dans lesquelles nous engage cette nou­velle voiture. Et tout l’intérêt d’une petite assis­tance élec­trique lorsqu’elle équipe le vélo.

Le Min­istère a com­plété les six ate­liers par un Con­seil d’orientation des infra­struc­tures (COI), présidé par Philippe Duron. Ce con­seil trans­ver­sal, con­sti­tué unique­ment de per­son­nal­ités qual­i­fiées, aura un rôle de mod­éra­teur pour finalis­er les recom­man­da­tions à trans­met­tre à la min­istre, mais sans les pri­oris­er.

Un système à construire

Que fait la FUB dans tout ça ? Elle a établi 26 propo­si­tions, inclu­ant les dix points avancés au cours de la cam­pagne des prési­den­tielles. Par ailleurs elle a été audi­tion­née dans les dif­férents ate­liers thé­ma­tiques évo­qués plus haut, et tous les thèmes con­cer­nent le vélo. Si on veut arriv­er à un véri­ta­ble sys­tème vélo, il fau­dra que tous les groupes thé­ma­tiques aient pris la mesure des besoins que nous avons exprimés.

Il va fal­loir ensuite sor­tir quelque chose d’exploitable des mil­liers d’avis recueil­lis pour rédi­ger un pro­jet de loi. Plus que sur les ordi­na­teurs, c’est sur les hommes qu’on va devoir compter, leur intel­li­gence et leur souci de l’intérêt général, et non leur pen­chant à essay­er de don­ner rai­son à tout le monde pour ne mécon­tenter per­son­ne.

On n’est plus en péri­ode élec­torale : on a une petite chance de voir aboutir quelques idées de bon sens.

Un article à lire aussi dans Vélocité143 — nov.-déc. 2017 “Assises de la mobilité : Elisabeth Borne à Strasbourg”, une publication de la FUB.

Tags
En voir plus

Jean-Michel Trotignon

Rédacteur en chef de Vélocité, la revue (papier) de la FUB

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close