La Tribune

Lutter contre la vélo-phobie, mode d’emploi

Militant vélo, je m'adresse à vous. Que répondre aux personnes qui s'énervent contre le développement de l'usage du vélo ? Joseph D'halluin, cycliste et militant vélo, nous livre une chronique unique sur la « vélo-phobie ».

La “désauto­mo­bil­i­sa­tion” de cer­taines grandes villes ne plaît pas à tout le monde. On a pu lire sur de nom­breux médias français des déc­la­ra­tions intem­pes­tives de per­son­nal­ités, jour­nal­istes, poli­tiques, médecins même, qui fusti­gent le cycliste d’« irre­spon­s­able » (enten­du sur RTL à pro­pos du port du casque). A l’instar d’outre-manche où on les appelle les « voy­ous en Lycra », les cyclistes se voient sou­vent accol­er les sobri­quets de « bobos bien-pen­sants », « khmers verts », et autres joyeusetés. Olivi­er Raze­mon évo­quait dans un arti­cle «“Le bobo”, cet être égoïste et stu­pide qui ne se déplace pas comme moi ». Jean-Lau­rent Cas­se­ly dans un autre arti­cle analyse avec brio le phénomène du «vélo-bash­ing », en France mais aus­si à l’international. Inti­t­ulé « com­ment le vélo est rede­venu un sujet poli­tique », le jour­nal­iste expose com­ment le vélo sym­bol­ise des divi­sions sociales et les dynamiques de gen­tri­fi­ca­tion des métrop­o­les. Un arti­cle du Guardian de Peter Walk­er nous mon­tre qu’en Grande-Bre­tagne, cela va jusqu’à la vio­lence physique et au sab­o­tage. On n’en est certes pas là en France, mais les oppo­si­tions à la pié­ton­ni­sa­tion des voies sur berges à Paris a représen­té le cli­max de cette « vélo-pho­bie ».

Un proverbe dit « d’abord ils vous ignorent, ensuite ils se moquent de vous, puis ils vous com­bat­tent, et enfin vous l’emportez ». Les mil­i­tants vélo sont-ils bien con­scients que la phase actuelle est celle d’une con­flict­ual­ité intense ? Sont-ils prêt à l’assumer ?
La haine du vélo mérite d’être com­prise. C’est une étape pour bas­culer pro­gres­sive­ment vers une nou­velle con­cep­tion de la mobil­ité. Voyons ici quelques pistes pour ten­ter de « répon­dre » aux objec­tions présen­tées plus haut.

accident vélo phobie
image : CCO

Les différents types de vélo-phobie

Pour sché­ma­tis­er, nous pou­vons class­er les objec­tions au développe­ment du vélo en qua­tre caté­gories, car­ac­térisées par des inter­pel­la­tions imag­i­naires que l’on peut enten­dre en réu­nion publique, dans la rue, en action mil­i­tante.

  • Inci­vil­ités, impru­dence, et port du casque

Les cyclistes sont des voy­ous de la route, met­tent les autres usagers en dan­gers, et se met­tent d’ailleurs eux-mêmes en dan­ger » — le corol­laire de cette posi­tion est qu’il faut ren­dre le port du casque oblig­a­toire.

  • Tech­no-idôla­trie

« La voiture est le vecteur direct de notre civil­i­sa­tion avancée », et pour lut­ter con­tre ses exter­nal­ités néga­tives, « créons plutôt de nou­velles solu­tions de mobil­ité per­son­nelle moins pol­lu­antes plutôt que de pro­mou­voir l’archaïsme et la lenteur » — corol­laire poten­tiel : « il faut créer des autoroutes solaires. »

  • Con­ser­vatisme pseu­do-libéral

« Le droit de cir­culer est con­sti­tu­tion­nel », « vous ne con­sid­érez pas mes besoins de déplace­ments », « l’État s’engraisse sur le dos des auto­mo­bilistes », « com­ment je fais pour faire mes cours­es en vélo ? Vous avez pen­sé à la crois­sance ? »

  • Vélo-anti­so­cial, arro­gance

Le vélo, c’est un truc de Bobo …
c’est parce que vous êtes jeunes…
en bonne san­té…
riche.

Rich­es de ces appren­tis­sages, que pou­vons nous faire ?

Young businessman showing hand sign while riding bicycle

Sortir du totalitarisme anti-voiture

Dans les réac­tions épi­der­miques qui s’expriment ça et là, il y a l’idée d’une volon­té « hégé­monique » du vélo, d’un total­i­tarisme (sic) anti-voiture, etc., donc d’une dan­gereuse pri­va­tion de lib­erté. Aus­si injus­ti­fiée soit la cri­tique, elle appelle une com­mu­ni­ca­tion adap­tée à la men­tal­ité ambiante. Car en réal­ité, les reven­di­ca­tions des mil­i­tants vélo sont assez mod­érées.
Un mil­i­tant vélo (ou « anti-voiture ») ne peut pas nier la red­outable effi­cac­ité de l’automobile lorsque le sys­tème qui l’accompagne fonc­tionne : con­fort, vitesse, autonomie pour beau­coup de cas.
Une véri­ta­ble poli­tique vélo con­traint for­cé­ment l’usage de la voiture. Beau­coup de per­son­nes sont désor­mais « pris­on­nières » de ter­ri­toires qui ne peu­vent pas exis­ter sans un usage immod­éré de la voiture. Ce qui appelle donc à un peu de com­pas­sion.

En réal­ité, il nous faut deman­der de l’équité dans l’espace pub­lic. Non pas juste de l’espace. Chang­er d’ère sig­ni­fie d’abord que l’usage libre de la voiture soit lim­ité par la lib­erté de tous les usagers de l’espace pub­lic. Le vélo est un out­il au ser­vice de l’inclusion de tous les usagers, surtout des plus faibles, dans l’espace pub­lic. De ce point de vue, le vélo ne peut être tenu comme vecteur d’une restric­tion de la lib­erté.

Le vélo partout et pour tous

Les poli­tiques cyclables se sont jusqu’à présent con­cen­trées sur les cen­tre-villes. Pour­tant, il ne manque pas d’études qui pointent le poten­tiel de développe­ment du vélo dans les ter­ri­toires qui subis­sent encore une baisse de la port-modale, comme dans le péri­ur­bain [Note du CEREMA] ou [Note de la Fab­rique Ecologique].
De même, en ville, les usagers quo­ti­di­ens du vélo sont plutôt des CSP+[Usagers et déplace­ments à vélo en milieu urbain — analyse des enquêtes ménages déplace­ments, CEREMA]. Pour­tant, cela ne veut pas dire que le vélo ne cor­re­spond qu’à leurs besoins. D’autres études met­tent en avant le poten­tiel vélo bien au-delà de ces publics [Com­ment estimer le poten­tiel cyclable d’un ter­ri­toire? Une appli­ca­tion sur l’agglomération lil­loise, S. Math­on, P. Palmi­er, CETE Nord-Picardie, 2012].
Le vélo peut égale­ment représen­ter un moyen essen­tiel de lib­erté pour cer­tains publics. Isolés et non-motorisés, de nom­breuses per­son­nes sont aujourd’hui pris­on­nières des trans­ports en com­mun ou de la con­duite d’un proche. On peut ain­si s’appuyer sur les témoignages de femmes des quartiers pop­u­laires recueil­lis lors des séances de vélo-école : l’apprentissage du vélo est pour elles l’occasion d’une véri­ta­ble libéra­tion !

Met­tre en avant l’ambition du vélo pour tous et dans tous les ter­ri­toires est un mot d’ordre crédi­ble et inat­taquable.

Changer et subvertir les mots

Puisque la bataille médi­a­tique joue avant tout sur les mots, il peut être oppor­tun de les choisir soigneuse­ment. En par­lant par exem­ple de «per­son­ne qui fait du vélo» plutôt que de cycliste, comme nous y invite une asso­ci­a­tion mil­i­tante de Seat­tle.

Ce retourne­ment lex­i­cal pour­rait nous inciter à mod­ér­er la ten­dance par­fois un peu fétichiste de l’objet vélo dont font preuve cer­tains acteurs qui en font la pro­mo­tion. Un vélo n’est pas un doudou, comme la voiture ne devrait pas être une exten­sion de l’humain. Les mil­i­tants du vélo ne sont pas (que) des représen­tants d’usagers, ils agis­sent pour le bien com­mun. Brent Toder­ian, urban­iste cana­di­en, explicite bien cette approche :
« Lorsqu’on amé­nage une ville pour les voitures, c’est un échec pour tout le monde, dont les auto­mo­bilistes. Lorsqu’on amé­nage une ville mul­ti-modale, ça fonc­tionne pour tout le monde, y com­pris les auto­mo­bilistes. »

Pour aller plus loin, le mil­i­tan­tisme vélo peut s’appuyer sur des tech­niques de com­mu­ni­ca­tion mil­i­tante [cf. Ce très intéres­sant ouvrage Guéril­la kit, Mor­jane Baba, Ed. La Décou­verte, 2008]. Il s’agit de men­er une « guerre séman­tique » : sub­ver­tir les signes et les fig­ures des dom­i­nants, dans notre cas, d’un sys­tème auto­mo­bile bien inté­gré.

L’ironie et la par­o­die per­me­t­tent de met­tre à jour l’absurde des ten­ants d’une pra­tique immod­érée de la voiture. Dans ce domaine, il y a quelques exem­ples de comptes Twit­ter par­o­diques :
@40milliardsdeB : Offrir des fleurs n’est pas couch­er, embrass­er n’est pas tromper et 30km\h au dessus de la lim­ite n’est pas un crime
@LilleEnVoiture Pour une ville vivante acces­si­ble à tous en voiture. Con­tre le har­cèle­ment des auto­mo­bilistes par les socia­lo-bobos-éco­los et leurs vélos

Imag­i­nons une stratégie de créa­tion de pseu­do-exper­tise qui collerait pré­ten­du­ment à la logique que l’on souhaite juste­ment dénon­cer, en la pous­sant jusqu’à l’absurde. Par exem­ple, en présen­tant le rap­port d’un vrai-faux expert ou d’un think tank qui chercherait à mon­tr­er com­ment la pra­tique auto­mo­bile va s’effondrer si l’on ne fait rien pour con­tr­er une répar­ti­tion équitable et effi­cace de l’espace pub­lic. Avec un peu de chance, un tel rap­port serait repris avec sérieux par « nos adver­saires », comme un cheval de Troie.

Il s’agit glob­ale­ment d’occuper l’espace médi­a­tique, et ouvrir un nou­veau « front cul­turel », à la manière du philosophe bien recy­clé Anto­nio Gram­sci : « dévelop­per une bataille qui porte sur la représen­ta­tion du monde tel qu’on le souhaite », en occu­pant l’espace (médi­a­tique, cul­turel, pub­lic­i­taire.)

La domestication des cyclistes inciviques

Il est impor­tant de rel­a­tivis­er l’accidentologie cycliste, telle que présen­tée par la Sécu­rité Routière ou la FUB. Ses chiffres ne sont pas si impor­tants que ce que préjuge le sens com­mun. Les acci­dents mor­tels survi­en­nent en très grande majorité hors-aggloméra­tion, frap­pant d’abord des cyclistes sportifs aguer­ris.
Jim Sak­sa, dans un arti­cle titré « Pourquoi vous détestez tant ces con­nards de cyclistes » nous expose que « le biais de néga­tiv­ité » explique « le fait que les événe­ments négat­ifs mar­quent davan­tage que les posi­tifs . Ain­si « une fois qu’un clown à deux roues a man­qué se tuer avec votre voiture, vous décidez furieuse­ment que les cyclistes sont des con­nards, opin­ion qui sera dif­fi­cile à ébran­ler mal­gré tous les faits, sta­tis­tiques ou argu­ments sus­cep­ti­bles de prou­ver le con­traire ».
Néan­moins, il est irre­spon­s­able de nier les inci­vil­ités et les impru­dences de per­son­nes à vélo. Il y a effec­tive­ment des acci­dents très graves à vélo. Il y a effec­tive­ment des usagers de la rue par­ti­c­ulière­ment vul­nérables (per­son­nes âgées, enfants en bas âge, PMR) vic­times de per­son­nes roulant sur les trot­toirs, refu­sant la pri­or­ité aux pas­sages pié­tons, etc.

Cela ne peut pas faire de mal de rap­pel­er à l’ordre les per­son­nes inciviques, qu’elles soient à vélo ou en voiture.

Comme les lob­bys auto­mo­biles qui dis­tinguent les « con­duc­teurs respon­s­ables » des chauf­fards, les asso­ci­a­tions d’usagers gag­nent sur deux tableaux à dis­tinguer le bon grain de l’ivraie. Elles par­ticipent à l’apaisement des rela­tions entre usagers, au moins à la marge. Et elles gag­nent en crédi­bil­ité et en cap­i­tal sym­pa­thie auprès des élus et des per­son­nes les plus vul­nérables de l’espace pub­lic.

Pro­mou­voir la cour­toisie, ça fait du bien à la société dans son ensem­ble : un petit sourire, un « allez-y mon­sieur-madame, je vous en prie » et hop, la journée com­mence de belle augure. Qui sait, un-e cycliste per­son­ne à vélo qui ray­onne de joie et d’amour autour de lui fait peut-être plus pour la cause du vélo que tous les recours aux tri­bunaux admin­is­trat­ifs pos­si­bles ?

Les leçons à tirer de la voiture

Le développe­ment de la voiture, aus­si triste nous rend-il, peut faire office d’inspiration dans la dynamique de développe­ment du vélo que nous souhaitons. Comme l’explique Fréder­ic Héran, les pre­miers codes de la route ont été créés par les « auto­mo­bile-clubs ». Ces ini­tia­tives privées trou­veront ensuite une con­créti­sa­tion dans le Code de la route adop­té en 1922. Ce tra­vail de cod­i­fi­ca­tion visait deux mou­ve­ments : — dis­ci­plin­er les con­duc­teurs, de plus en plus nom­breux et sources d’un nom­bre crois­sant d’accidents (60 000 à Paris en 1920), et par là même tra­vailler à l’acceptabilité de la pra­tique, — par­ticiper à l’adaptation de la rue à la voiture : le pié­ton, aver­ti cour­toise­ment de l’approche d’un véhicule, doit désor­mais se ranger. L’émergence d’un Code de la route a donc pour con­séquence de per­me­t­tre le développe­ment de la voiture dans des villes inadap­tées et face à une opin­ion publique pas spé­ciale­ment favor­able (F. Héran, Le retour de la bicy­clette, éd. La Décou­verte, 2014, p.53).

Aujourd’hui et dans ce même esprit, les lob­bys auto­mo­biles font la pro­mo­tion « d’une con­duite respon­s­able », sont pour la « respon­s­abil­i­sa­tion des con­duc­teurs », ou bien sont « con­tre les chauf­fards ». C’est sans doute ce qui les autorise donc à lut­ter con­tre une répres­sion « aveu­gle » ou « absurde ». Et à défendre le statu quo.

 

Tags
En voir plus

Joseph D'halluin

Cycliste engagé, membre du conseil d'administration de la FUB et de Pignon sur Rue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close