Actus France

Comment les start-up du vélo se sont adaptées à la folle demande

Les Echos : La crise du coronavirus a mis les start-up du vélo à rude épreuve. Entre hyper-croissance et difficultés de production, certaines d'entre elles ont dû changer d'échelle prématurément.

Star de ces derniers mois, le vélo n’a pas man­qué de créer des sueurs froides aux entre­pre­neurs du secteur. Usines à l’arrêt, dif­fi­cultés à s’approvisionner en pièces, ges­tion des deman­des clients, délais qui s’allongent… « On a vu ce qui se pas­sait en Chine et en Corée au décon­fine­ment, avec des ventes qui explo­saient. Chez nous, on s’attendait à une hausse des ventes, mais à ce point-là… c’était impres­sion­nant », se sou­vient Bap­tiste Fullen, cofon­da­teur d’Eovolt, une start-up spé­cial­iste des vélos élec­triques pli­ables.

L’entrepreneur vient de quit­ter « en urgence » son ate­lier de 700 m² à Bourges (Cher) pour une nou­velle usine de 2.500m² dans la région lyon­naise. Résul­tat : alors qu’il prévoy­ait une baisse de son chiffre d’affaires prévi­sion­nel à cause du con­fine­ment, ses revenus devraient attein­dre 4 mil­lions d’euros d’ici à la fin de l’année, con­tre 1,3 mil­lion d’euros en 2019.

A lire dans lesechos.fr

Tags
En voir plus

Thierry Roch

Président de l'au5v, Association des Usagers du Vélo, des Voies Vertes et Véloroutes des Vallées de l'Oise.

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close