Actus France

Port obligatoire du masque à vélo : une mesure qui divise

La Gazette Des Communes : Certains préfets et collectivités obligent les cyclistes à porter le masque dans les territoires où la mesure est mise en place dans l'espace public. Cela constitue une « ligne rouge à ne pas franchir» , selon Olivier Schneider, président de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB). Revue des pratiques observées ici où là et des enjeux de cette question.

La pres­sion monte pour impos­er le port du masque dans l’espace pub­lic, que ce soit dans cer­tains quartiers (Paris, Lille, Lyon, ..) ou dans l’intégralité de cer­taines com­munes (Toulouse, Nice, …). Si l’on com­prend que cette oblig­a­tion vise les pié­tons, qu’en est-il pour les cyclistes ? La polémique est en train de mon­ter sur ce sujet, opposant les pou­voirs publics locaux – pré­fec­tures ou col­lec­tiv­ités – aux asso­ci­a­tions de défense des droits des cyclistes.

Des choix différents d’un territoire à l’autre

C’est le cas par exem­ple dans le départe­ment du Nord, où le préfet a pris un arrêté le 31  juil­let  2020 « ren­dant oblig­a­toire  le  port  du  masque  dans  cer­tains  secteurs  de com­munes  appar­tenant  à  la  métro­pole  lil­loise  (zones  pié­tonnes,  zones  de  cir­cu­la­tion  routière  lim­itée  à  20km/h, cer­tains  espaces  de  sta­tion­nements,  empris­es  et  abor­ds  des  infra­struc­tures  de  mobil­ité  et  de trans­port…) », explique l’association Droit au vélo, mais « sans faire de dis­tinc­tion entre les modes de déplace­ment », regrette-t-elle dans un cour­ri­er au préfet, et semant ain­si le doute dans les esprits.

La même ques­tion s’est posée à Paris, où le port du masque a aus­si été ren­du oblig­a­toire depuis le 10 août 2020 (pour une durée d’un mois), en visant « les  per­son­nes  de  11  ans  et  plus, dans  les  zones  où  le  respect  de  la dis­tan­ci­a­tion  est  ren­du  dif­fi­cile  par  la  forte  fréquen­ta­tion, dans les marchés publics de plein air, les puces, les bro­cantes et les vide-gre­niers », indique la pré­fec­ture de police de Paris. Face aux mêmes ques­tions qui se posaient con­cer­nant les usagers con­cernés, la pré­fec­ture et la mairie de Paris ont d’abord annon­cé que les cyclistes étaient con­cernés, avant de chang­er leur fusil d’épaule. Dans un com­mu­niqué du 12 août, la pré­fec­ture a finale­ment décidé que seuls les pié­tons étaient con­cernés.

la suite est à lire sur la Gazette des Com­munes

Tags
En voir plus

Thierry Roch

Président de l'au5v, Association des Usagers du Vélo, des Voies Vertes et Véloroutes des Vallées de l'Oise.

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close