A lire

Le transport des enfants

Après ces semaines de sédentarité forcée, vous n’avez qu’une envie (et nous aussi) : reprendre votre vélo ! Cette fois-ci, vous décidez d’y inclure le transport de vos enfants... l’idée est séduisante, voici quelques conseils pour franchir le pas.

Trans­porter les enfants à vélo, ça change le monde

Parce que cela est pos­si­ble ! Plus de la moitié des tra­jets en voiture effec­tués chaque jour en France font moins de 3 km, soit entre 15 et 20 min­utes à vélo. Beau­coup de ces tra­jets con­cer­nent les enfants : aller à l’école, dépos­er les enfants à la crèche, aux activ­ités,… autant d’allers-retours qui con­stituent des pré­textes de sor­tir à vélo !

Tech­nique­ment, le secteur du vélo a con­sid­érable­ment agran­di son offre et les pos­si­bil­ités. En fonc­tion de vos besoins et de votre bud­get, vous devriez pou­voir trou­ver un vélo qui vous con­vient (voir ci-dessous). Evidem­ment, si votre par­cours est sécurisé, effectuer ces tra­jets sera plus aisé. C’est tout le sens du plaidoy­er pro-vélo de la FUB et ses asso­ci­a­tions !

Met­tre un enfant sur un vélo, c’est en faire un futur usager de l’espace pub­lic con­scient et aver­ti, parole de mil­i­tante : très sou­vent, les enfants qui ont été trans­portés à vélo dès leur plus jeune âge ont une appréhen­sion de la route très prag­ma­tique : ils en com­pren­nent les règles et man­i­fes­tent sou­vent le désir de « vol­er » ensuite de leurs pro­pres ailes. De plus, leur expéri­ence du vélo dès leur plus jeune âge leur aura appris très tôt à recon­naître leur légitim­ité dans l’espace pub­lic.

Comme pour toutes les tâch­es du quo­ti­di­en, l’enfant ressent un besoin d’émancipation, de « faire seul » ; s’il a vécu l’expérience de pas­sager sur un vélo, il aura sans doute envie d’apprendre à faire du vélo en autonomie (le fameux « c’est moi qui fait »). Non seule­ment le vélo pour­ra lui per­me­t­tre à terme d’être plus indépen­dant, mais il est un fab­uleux out­il de lutte con­tre la séden­tar­ité, même pour 3 km par­cou­rus ! Là encore, des équipements per­me­t­tent d’accompagner l’enfant dans ses évo­lu­tions tout en maîtrisant sa tra­jec­toire.

Choisir la bonne option

Com­ment se repér­er dans la jun­gle d’options et types de vélos les plus incroy­ables, beaux et atti­rants les uns que les autres ? Tout d’abord, quand on évoque la ques­tion des enfants, celle-ci ne peut être dis­so­ciée des ques­tions de sécu­rité sous-jacentes ; en effet, il existe beau­coup de manières dif­férentes de trans­porter sa progéni­ture à vélo, dans des con­di­tions de sécu­rité et de con­fort plus ou moins égales, que ce soit pour le par­ent ou pour l’enfant !

En out­re, trans­porter un enfant induit une charge sup­plé­men­taire sur le vélo. Bien choisir l’équipement per­me­t­tra de se sen­tir à l’aise à vélo avec votre enfant.

Trans­porter un bébé peut faire peur. Pour­tant, c’est pos­si­ble avec un équipement adap­té ! Il existe des remorques avec des adap­ta­teurs spé­ci­aux pour les tout-petits, garan­tis­sant un respect de la mor­pholo­gie. Si l’idée de l’avoir der­rière vous effraie, il existe des sièges bébé à fix­er sur la potence à l’avant, mais ceux-ci con­vi­en­nent à par­tir du moment où l’enfant tient assis tout seul.

Côté car­go, cer­tains pro­posent un kit qui per­met de fix­er un cosy sur la caisse, de manière par­faite­ment sécurisée.

Pour trans­porter des enfants plus grands, mille et un dis­posi­tifs exis­tent ! Siège à l’avant ou sur le porte-bagage arrière, long­tail avec bar­res latérales de main­tien, vélo car­go avec caiss­es de trans­port… vous avez l’embarras du choix et à tous les bud­gets.

En voir plus

Priscilla Janot

Membre de l'association Vélo Utile à Saint-Brieuc

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close