Actus France

Cinq questions à se poser pour bien choisir son vélo à assistance électrique pour la ville

Le Figaro : Alors que le déconfinement se profile, l’achat d’un vélo à assistance électrique fait office d’unique solution de transport pour de nombreux urbains.

Depuis quelques jours, les coups de fil se mul­ti­plient. «Tu as quoi comme vélo élec­trique ?». «Qu’est-ce que tu me con­seillerais ?». Les rail­leries sur les cyclistes parisiens, les inquié­tudes sur la pré­sumée dan­gerosité du vélo en ville se sont envolées, bal­ayées par la crainte de retrou­ver la promis­cuité des trans­ports en com­mun. Pour tous ceux qui envis­agent de se met­tre au vélo à assis­tance élec­trique, voici quelques con­seils pour bien le choisir.

Tout d’abord, ayez bien en tête qu’il s’agit d’un vélo à assis­tance élec­trique, (VAE pour les intimes) et non pas d’une moto­cy­clette. Le vélo à assis­tance élec­trique n’avance pas si on ne pédale pas. Il demande un effort physique, même s’il est moin­dre qu’avec un vélo tout sim­ple. L’assistance du moteur per­met de mon­ter les côtes sans sour­ciller, façon cham­pi­on du Tour de France… À con­di­tion d’avoir la bonne mon­ture. Cela per­met aus­si de cir­culer à bonne vitesse, sans arriv­er en sueur son lieu de tra­vail ou à ses ren­dez-vous. Néan­moins, la vitesse de l’assistance est pla­fon­née à 25 km/h. Au-delà, seuls vos petits mus­cles font le tra­vail, pour des raisons régle­men­taires. Enfin, puisqu’on par­le de tête, pensez au casque. Il n’est pas oblig­a­toire, mais il est plus pru­dent d’en porter un.

A lire sur lefigaro.fr

Tags
En voir plus

Thierry Roch

Président de l'au5v, Association des Usagers du Vélo, des Voies Vertes et Véloroutes des Vallées de l'Oise.

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close