A lire

Jean Chaumien, héros du vélo : « Il y a encore tant à faire »

La FUB a bientôt 40 ans ! On ne croirait pas, comme ça, avec son dynamisme presque juvénile, mais notre association a depuis longtemps passé l’âge de raison. D’ailleurs, le développement fulgurant de nos activités (et de l’usage du vélo), c’est un peu notre crise de la quarantaine, non ? Pour traverser les âges, il est bon de se retourner un peu vers le passé et de se remémorer les événements. De quoi héritons-nous ? J’ai passé un coup de téléphone à Jean Chaumien, figure tutélaire du monde du vélo en France. Il m’a raconté l’histoire et donné des pistes pour l’avenir.

Comment présenteriez-vous la genèse de la FUB ?

En 1970, j’étais pas­teur à la Robert­sau et une de mes paroissi­ennes avait été écrasée par un camion. C’était une véri­ta­ble tragédie pour sa famille et ce n’était pas le pre­mier drame à vélo dont j’étais témoin. Je me suis dit qu’il fal­lait faire quelque chose. A Stras­bourg, avec d’autres, j’ai créé le CADR [Comité d’action deux-roues]. A une époque où les voitures étaient reines, nous voulions nous intéress­er aux usagers du vélo. Notre stratégie ? Inter­peller les autorités, en par­ti­c­uli­er dans les événe­ments publics où le maire et les élus étaient présents avec les tech­ni­ciens.

Le maire de Strasbourg de l’époque, c’était Pierre Pflimlin ?

Pflim­lin n’avait pas le per­mis de con­duire, on le voy­ait sou­vent à pied alors qu’il avait son chauf­feur. Il n’était pas, con­traire­ment à la majorité des hommes poli­tiques de son époque, très favor­able à la voiture. Je le croi­sais sou­vent et cela a per­mis des avancées rapi­des à Stras­bourg. J’ai sug­géré et par­ticipé à des voy­ages d’études pour les élus et les agents de la ville afin de les for­mer à la mise en place d’aménagements cyclables comme en Hol­lande. J’ai obtenu les pre­miers dou­bles sens cyclables en 1982

Et la FUB dans tout ça ?

En 1980, j’apprenais par un ami parisien que le min­istère des Trans­ports organ­i­sait une ren­con­tre sur le vélo à laque­lle je suis allé. Étaient présents Joël Le Theule, min­istre des Trans­ports, et Michel d’Ornano, min­istre de l’Environnement. La réu­nion a été cat­a­strophique, per­son­ne ne me con­nais­sait donc on ne m’a pas don­né la parole. Lorsque les min­istres ont quit­té la réu­nion, je me suis pré­cip­ité à leur suite : « je viens de Stras­bourg exprès pour vous, dis­cu­tons de vélo ! ». C’est alors que j’ai appris de la bouche du min­istre des Trans­ports qu’il y avait une ligne budgé­taire nationale dédiée pour le vélo. Le soir, en expli­quant cela aux copains qui m’hébergeaient, j’ai réal­isé qu’il fal­lait pass­er le mot – d’où la FUB.

Quelles étaient les autres associations pro-vélo de l’époque ? Comment les connaissiez-vous ?

Il y avait le CADR67, le MDB à Paris, mais il y avait aus­si des groupes à Bor­deaux, Lyon, Toulouse, Lille… A chaque fois que je pre­nais con­nais­sance d’un mou­ve­ment pro-vélo dans une ville, j’allais les ren­con­tr­er directe­ment, ou à défaut, je pre­nais des con­tacts par télé­phone. Ce n’était pas vrai­ment dans l’idée de rassem­bler tout le monde, c’était plus par curiosité, pour voir s’ils avaient les mêmes dif­fi­cultés que nous. C’était quand même une époque où on par­lait des cyclistes comme « résidu­els » — je l’ai vrai­ment enten­du – c’est à dire qu’on allait tous finir par avoir une voiture. Je con­nais­sais bien Jacques Essel, le fon­da­teur du MDB, je dor­mais sou­vent chez lui. En 1980, une grande voiture rouge rem­plie de mil­i­tants vélo est arrivée de Paris pour créer offi­cielle­ment l’association Fédéra­tion française des usagers de la bicy­clette, à Stras­bourg. J’ai été élu prési­dent, ça a été le début d’une aven­ture sans accroc pour au moins 15 ans.

Quels étaient alors les chantiers de la Fubicy, le nom que vous donniez à la fédération ?

Plusieurs asso­ci­a­tions se sont créées à cette époque, elles venaient nous voir à Stras­bourg. On les accom­pa­g­nait dans leur créa­tion et leur développe­ment. On a fondé le mag­a­zine Véloc­ité, pour faire la liai­son entre les asso­ci­a­tions. Au début, les activ­ités du CADR67 et de la Fubi­cy se con­fondaient beau­coup ! Chaque année, nous organ­i­sions une assem­blée générale mais nous par­tici­p­i­ons aus­si à d’autres réu­nions partout en France. L’objectif de la Fubi­cy était égale­ment de tra­vailler avec l’association des droits du pié­ton et avec la FNAUT [Fédéra­tion nationale des usagers des trans­ports]. A l’époque, nous étions assez proches de la FFCT, les cyclo­touristes. Ils nous accueil­laient dans leur siège parisien – mal­gré cer­taines diver­gences de style, dis­ons.

Quelles étaient les relations avec les fédérations nationales voisines lors de la création de la FUB ?

En 1980, l’ADFC embry­on­naire, notre homo­logue alle­mande, a organ­isé une ren­con­tre européenne, une forme de Velo-city, à Brême. C’est dans la foulée que je me suis lancé dans la créa­tion d’une fédéra­tion européenne. Les Alle­mands, les Néer­landais, les Anglais, avaient trop à faire dans leur pro­pre pays pour se préoc­cu­per de ça – c’est donc à mon ini­tia­tive que nous avons organ­isé des réu­nions, avec des mil­i­tants et des salariés de toute l’Europe. En 1982, l’ECF nais­sait et je suis resté vice-prési­dent pen­dant quelques années. Nous avons régulière­ment organ­isé avec des par­lemen­taires européens des réu­nions lors de ses­sions (APFOC) à Stras­bourg.

Quelle a été la suite pour vous ?

Suite à un con­cours de cir­con­stances assez éton­nant, je suis devenu bénév­ole­ment chargé de mis­sion inter­min­istériel vélo, de 1995 à 1998. J’ai lais­sé les clés de la FUB à Michel Hareng. Je suis rede­venu prési­dent quelques années plus tard, la FUB s’était déjà bien dévelop­pée.

Quel regard portez-vous sur le développement de la FUB, notamment ces dernières années ?

Je suis tout à fait enchan­té ! On a, je crois, posé de bonnes bases. C’est mer­veilleux que le nom­bre d’associations aug­mente et que les finance­ments suiv­ent. Même si par­fois, ça coince encore un peu, l’action menée par la FUB est tout à fait remar­quable.

Et pour vous, la FUB dans 10 ans ?

J’espère d’abord qu’il y aura encore plus de cyclistes. Je pense que la FUB peut s’inspirer de nos voisins, l’ADFC [la fédéra­tion pro-vélo alle­mande] en par­ti­c­uli­er. J’espère égale­ment que nous con­tin­uerons à tra­vailler en bonne intel­li­gence, sans fusion­ner, avec les autres acteurs asso­ci­at­ifs. Je pense en par­ti­c­uli­er au con­flit d’usage entre pié­tons et cyclistes – il faut le désamorcer. Je rap­pelle sou­vent cette vérité : une asso­ci­a­tion a voca­tion à mourir. Tant qu’elle se développe, c’est qu’il y a un prob­lème. Il y a encore tant à faire. Sur les ques­tions envi­ron­nemen­tales, c’est à hurler de mort. J’y ai tou­jours été sen­si­ble et il reste tant à faire. Il faut surtout être unis les uns les autres face à l’adversité cri­ante. Quand on voit le pou­voir des puis­sances économiques, je suis effaré.

Jean Chau­mien est un homme aux mul­ti­ples vis­ages. Etu­di­ant en 68, il est ordon­né pas­teur en 1970, à Stras­bourg. En par­al­lèle de cette activ­ité, il fonde et développe une asso­ci­a­tion pour la réin­ser­tion sociale, « Hori­zon Ami­tié », qu’il ne lâchera jamais, mal­gré son engage­ment pour le vélo.

Un article à lire aussi dans Vélocité n°153 — novembre-décembre 2019, une publication de la FUB.

Tags
En voir plus

Joseph D'halluin

Cycliste engagé, membre du conseil d'administration de la FUB et de Pignon sur Rue.

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close