Actus France

Ma trottinette n’est pas cégétiste

Un journaliste du quotidien Le Monde a troqué son VTT monovitesse contre une trottinette en libre service

En France, le mou­ve­ment social con­tre la réforme des retraites, qui dure depuis le 5 décem­bre 2019, a eu pour prin­ci­pal effet col­latéral de paral­yser les trans­ports en com­mun et de génér­er une incroy­able cacoph­o­nie de mou­ve­ment, surtout en région parisi­enne. En rai­son de la grève, le nom­bre d’accidents de deux-roues (scoot­ers, trot­tinettes et vélos) aurait aug­men­té de 40 % dans la cap­i­tale, d’après la Brigade des sapeurs-pom­piers de Paris (BSPP).

Après des semaines à me déplac­er en VTT monovitesse pour aller au tra­vail, je dois me ren­dre à l’évidence : par­ent pau­vre de cette périlleuse foire d’empoigne, je suis posi­tion­né au plus bas de l’échelle du nou­veau dar­win­isme des pistes cyclables, loin der­rière le vélo à assis­tance élec­trique, la gyro­roue clig­no­tante et le skate motorisé, dou­blé par à peu près tout type d’embarcation, à l’exception peut-être de la mamie tirant son char­i­ot à roulettes de retour du marché.

Un prolétaire de la mobilité

Après tout, je n’y peux rien si j’ai les cuiss­es aus­si mus­clées que celles du chanteur Eddy de Pret­to. Ma triste con­di­tion m’est rap­pelée à longueur de tra­jet par les coups de son­nette intem­pes­tifs qui m’intiment de m’écarter, comme un man­ant cen­sé laiss­er le champ libre à plus rapi­de que lui. Parce que les temps sont durs pour les lents, j’éprouve le sen­ti­ment de plus en plus vivace d’être un pro­lé­taire de la mobil­ité, en com­mu­nion d’âme avec mon ami pié­ton.

Lire la suite sur lemonde.fr

Tags
En voir plus

Thierry Roch

Président de l'au5v, Association des Usagers du Vélo, des Voies Vertes et Véloroutes des Vallées de l'Oise.

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close