A lire

Baromètre Parlons vélo des villes cyclables : la participation explose

Du 9 septembre au 30 novembre 2019, la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) a mené « la » grande enquête nationale vélo dans le but d’évaluer les ressentis sur le vélo, partout en France. Cette deuxième édition a rassemblé 185 000 réponses, soit + 63 % par rapport à l’édition 2017, dépassant ainsi en volume le nombre de réponses de l’enquête Fahhradklima-Test initiée par la fédération allemande du vélo ADFC dont la FUB s’est inspirée.

Augmentation du taux de participation

Cette année, 184 484 répon­dants ont par­ticipé à l’enquête de la FUB. L’édition de 2017 avait récolté 113 000 répons­es sur la même péri­ode. Cette aug­men­ta­tion mas­sive du taux de par­tic­i­pa­tion à l’enquête mon­tre une nou­velle fois que les cyclistes ou non cyclistes ont envie de faire enten­dre leur voix en matière de poli­tique vélo à l’orée des munic­i­pales 2020.

Autre grande nou­velle: le Baromètre Par­lons vélo des villes cyclables classera 763 com­munes en 2019 con­tre 316 en 2017. Cette var­iété des com­munes cou­vertes est le signe que le vélo pas­sionne au-delà des cœurs de métrop­o­les. Pour la plu­part des grandes villes, plusieurs com­munes de l’agglomération seront notées. C’est l’occasion rêvée de par­ler vélo au-delà du périphérique !

Une 2ème édition largement saluée

L’objectif du Baromètre est d’évaluer le degré de sat­is­fac­tion des usagers du vélo dans les villes français­es. Grâce à la forte mobil­i­sa­tion des asso­ci­a­tions du réseau FUB (plus de 330 asso­ci­a­tions), des col­lec­tiv­ités et de la presse locale, la par­tic­i­pa­tion a été très impor­tante. C’est aujourd’hui la plus grande enquête nationale jamais réal­isée auprès des usagers du vélo au monde.

Le classe­ment et les podi­ums par caté­gorie sont très atten­dus (et n’arriveront qu’en févri­er), mais cette année, la FUB a mis à dis­po­si­tion dès le 1er décem­bre 2019 une carte de visu­al­i­sa­tion des zones à amé­nag­er en pri­or­ité et des points noirs par com­mune sur le web (1). Cette car­togra­phie — la grande nou­veauté de cette édi­tion — se base sur le recense­ment des pri­or­ités des répon­dants : plus de la moitié des par­tic­i­pants à l’enquête ont répon­du à la par­tie car­tographique, pour­tant option­nelle. Chaque répon­dant  pou­vait indi­quer les trois endroits les plus dan­gereux à vélo dans sa pra­tique per­son­nelle (« points noirs ») et les « axes pri­or­i­taires », à amé­nag­er au plus vite. Ain­si, ce sont plus de 400 000 points qui ont été réper­toriés, don­nant lieu à la car­togra­phie la plus pré­cise jamais réal­isée des deman­des citoyennes pour une France à vélo.

D’autres élé­ments seront pro­gres­sive­ment trans­mis aux asso­ci­a­tions, comme les répons­es libres des répon­dants, le pro­fil des répon­dants, les répons­es des non-cyclistes et surtout les trois prin­ci­paux points faibles relevés par les cyclistes.

Vers une évolution des différents indicateurs

Le Baromètre reflète la cycla­bil­ité des villes français­es, en créant de la « sci­ence cyclable » à par­tir de l’expression mas­sive du ressen­ti des usagers du vélo. Pour cette sec­onde édi­tion, la ten­dance en matière d’usage du vélo est plutôt pos­i­tive : les comp­tages et les ventes indiquent une forte hausse de la pra­tique, de nom­breux ter­ri­toires met­tent en valeur des investisse­ments liés à l’aménagement d’infrastructures cyclables et la LOM qui vient d’être votée devrait favoris­er l’expansion et la démoc­ra­ti­sa­tion du vélo comme mode de trans­port à part entière. L’importante hausse de par­tic­i­pa­tion à l’enquête se glisse dans ce sil­lage de dynamique pos­i­tive.

Une mobilisation locale enthousiaste

Mal­gré des pro­grammes très chargés et quelques couacs de com­mu­ni­ca­tion, le Baromètre a été relayé avec beau­coup d’énergie par les mil­i­tants pro-vélo sur tout le ter­ri­toire, comme en témoignent les arti­cles sur Saint-Brieuc et le Grand Lyon (voir p.6 et 7). Bra­vant le froid et par­fois la pluie, des citoyens motivés ont trac­té le long des pistes cyclables pour touch­er au-delà des cyclistes engagés. De grandes insti­tu­tions, comme le min­istère de la Tran­si­tion écologique et sol­idaire, ont relayé l’enquête sur les réseaux soci­aux, un sacré coup de boost. Locale­ment, grâce à la pugnac­ité des relais locaux de la FUB, les col­lec­tiv­ités ont fait de même, avec des effets par­fois impres­sion­nants : la petite com­mune de Le Relecq-Ker­huon a obtenu 30 répons­es en relayant par ses pro­pres canaux le baromètre.

Les résul­tats et le pal­marès com­plet du Baromètre Par­lons vélo des villes cyclables seront présen­tés le 6 févri­er 2020 à Bor­deaux, lors du con­grès annuel de la FUB (voir arti­cle p.11).

Note :

(1) voir carto.parlons-velo.fr

 

Un article à lire aussi dans Vélocité n°153 — novembre-décembre 2019, une publication de la FUB.

Tags
En voir plus

Rodney Akueson

Chargé de mission pour la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB), en charge de l'enquête Baromètre Parlons vélo des villes cyclables.

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close