Actus FranceLe Concentré d'Actu

A Paris, avant 2030 les cyclistes seront plus nombreux que les automobilistes

Frédéric Héran, économiste et urbaniste à l’université de Lille, spécialiste des questions de déplacements urbains.

Selon vous, sommes-nous au seuil d’un pro­fond change­ment dans l’usage des modes de déplace­ment ?

Il n’y a jamais de change­ment brusque en matière de mobil­ité, mais des ten­dances lour­des et de lents retourne­ments. De 1900 jusqu’aux années 1980, Paris a con­nu une hausse con­sid­érable du traf­ic auto­mo­bile qui a fini par chas­s­er presque entière­ment les cyclistes de la rue. Vers 1990, cette ten­dance s’est retournée et le traf­ic baisse depuis lors, au point qu’il est aujourd’hui presque deux fois moin­dre, sans d’ailleurs que l’économie parisi­enne en soit pour autant affec­tée. Dans le même temps, les déplace­ments a vélo ont au con­traire été mul­ti­pliés par dix.

Le développe­ment du vélo à Paris s’inscrit-il dans un mou­ve­ment plus glob­al ?

Ce que vit Paris n’a rien d’exceptionnel. Toutes les grandes villes du monde occi­den­tal con­nais­sent une évo­lu­tion sem­blable : baisse de la cir­cu­la­tion des voitures et hausse des déplace­ments en trans­ports publics, a pied et surtout à vélo. Les raisons sont tou­jours les mêmes : des mesures visant a rée­qui­li­br­er l’usage des modes de déplace­ment au prof­it des modes alter­nat­ifs a l’automobile, afin de réduire les nui­sances (pol­lu­tion, bruit et acci­dents) et de recon­quérir les espaces publics.

On peut estimer grossière­ment qu’en vingt-cinq ans, la poli­tique cyclable parisi­enne aura per­mis d’économiser la con­struc­tion d’une nou­velle ligne de métro.

Lire la suite dans le mag­a­zine de la ville de Paris

En voir plus

Thierry Roch

Président de l'au5v, Association des Usagers du Vélo, des Voies Vertes et Véloroutes des Vallées de l'Oise.

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close