A lire

Camp Climat : militer, ça s’apprend

Pour sa troisième édition, le Camp Climat se tenait à Kingersheim, en Alsace, soit à quelques coups de pédale du siège historique de la FUB. Clémence est allée y faire un tour pour voir ce que le mouvement climat pouvait apprendre aux pro-vélos. Organisé par Alternatiba, ANV COP21 et les Amis de la Terre, le Camp climat a accueilli plus de 1 000 personnes entre le 31 juillet au 11 août 2019.

Un programme chargé

Près de 300 for­ma­tions aux thèmes var­iés étaient pro­posées aux par­tic­i­pants ©Q. Jaud

Organ­isé par trois ONG écol­o­gistes, Alter­nat­i­ba, ANV COP 21 et les Amis de la terre, le Camp Cli­mat s’était fixé pour objec­tif d’accélérer la mobil­i­sa­tion face à l’urgence cli­ma­tique, faisant notam­ment suite aux march­es pour le cli­mat. Du 1er au 10 août, plus de 1 000 per­son­nes ont pu assis­ter à près de 300 for­ma­tions(1) aux thèmes var­iés allant de l’élaboration d’une stratégie à l’animation d’un groupe local en pas­sant par des ate­liers de médi­a­train­ing, de prise de parole en pub­lic, des con­seils pour dévelop­per l’autofinancement, une ini­ti­a­tion à la com­mu­ni­ca­tion non vio­lente et la régu­la­tion des con­flits ou encore des out­ils pour aller vers un mil­i­tan­tisme souten­able et éviter le burn-out asso­ci­atif. Les for­ma­tions étaient assurées par 155 for­ma­teurs et for­ma­tri­ces bénév­oles et regroupées en plusieurs grands pôles : « action non vio­lente », « stratégie », « com­mu­ni­ca­tion », « logis­tique » et « méth­ode et fonc­tion­nement ».  Joseph D’halluin, secré­taire général de la FUB, et moi-même avons pu don­ner des for­ma­tions et ain­si partager nos expéri­ences sur la solu­tion vélo et le plaidoy­er.

Des temps de détente étaient égale­ment pro­posés aux par­tic­i­pants : cours de yoga, baig­nades et ran­don­nées, com­po­si­tion de l’hymne du cli­mat… Le soir, con­férences, con­certs et pro­jec­tions de films étaient ouverts au grand pub­lic. L’occasion pour les riverains ou les per­son­nes n’ayant pu s’inscrire de par­ticiper à leur manière à ce temps fort de mobil­i­sa­tion. Dif­férentes per­son­nal­ités tels que Didi­er Lestrade, fon­da­teur d’Act Up-Paris, Cyril Dion, réal­isa­teur, ou Vin­cent Verzat, youtubeur, ont témoigné de leurs expéri­ences et ain­si par­ticipé à la créa­tion d’un réc­it mobil­isa­teur.

Le camp s’est clô­turé avec une sim­u­la­tion grandeur nature d’une action de désobéis­sance civile, dans laque­lle les mil­i­tants ont pu met­tre en pra­tique les for­ma­tions reçues, tester leurs lim­ites et se pro­jeter sur de prochaines mobil­i­sa­tions.

Un mouvement climat source d’inspiration pour la FUB ?

Seule­ment un tiers des per­son­nes présentes au Camp Cli­mat étaient mem­bres d’un groupe local Alter­nat­i­ba, ANV Cop 21 ou les Amis de la Terre. Autrement dit, les organ­isa­teurs ont su attir­er tout un pan du mou­ve­ment cli­mat, en dehors du cer­cle mil­i­tant tra­di­tion­nel. De nom­breux jeunes issus des march­es pour le cli­mat étaient présents mais aus­si des familles avec enfants, des néo­phytes, des curieux et curieuses, toutes et tous attendaient beau­coup des for­ma­tions pro­posées pour chang­er d’échelle et pass­er à l’acte. Ce qu’on retient ? L’urgence cli­ma­tique est telle que faire de sim­ples man­i­fes­ta­tions ne suf­fit plus. Les citoyens et citoyennes veu­lent invers­er le rap­port de force et rejoin­dre des mou­ve­ments mil­i­tants, qu’ils soient en lien avec la pro­tec­tion du cli­mat, l’action non-vio­lente ou pro- vélo. Cepen­dant, savoir militer n’est pas inné, cela s’apprend et passe par des for­ma­tions actives et pointues.

Présente seule­ment quelques jours, l’objectif ini­tial du Camp me sem­ble réus­si. Une nou­velle généra­tion de mil­i­tants quitte l’Alsace out­il­lée, éclairée et motivée pour lut­ter con­tre le change­ment cli­ma­tique.

Je repars égale­ment inspirée pour le mou­ve­ment pro-vélo. La tra­di­tion­nelle assem­blée générale de la FUB devrait s’étoffer d’un pro­gramme de for­ma­tions per­me­t­tant à nos asso­ci­a­tions de se struc­tur­er, de men­er des luttes vic­to­rieuses, d’organiser des événe­ments qui remet­tent les cyclistes en selle mais aus­si de s’outiller pour mieux com­mu­ni­quer, le tout reposant sur les bonnes pra­tiques exis­tantes dans notre réseau ou des réseaux parte­naires. Pour cela, nous vous don­nons ren­dez-vous les 8, 9 et 10 mai 2020 à Reims. Des ren­con­tres ter­ri­to­ri­ales devraient égale­ment fleurir pour con­tin­uer de se for­mer et partager nos savoirs et savoir-faire entre mil­i­tants pro-vélo ou sym­pa­thisants. Enfin, pour patien­ter, nous vous invi­tons à décou­vrir le guide « créer et ani­mer son asso pro-vélo », à retrou­ver sur le site de la FUB (www.fub.fr/ressources) et dans l’article ci-dessous de ce numéro de Véloc­ité !

Le mou­ve­ment pro-vélo doit s’amplifier, se struc­tur­er et ren­dre la solu­tion vélo attrac­tive pour toutes et tous sur tous les ter­ri­toires !

(1) Pour décou­vrir la diver­sité des for­ma­tions pro­posées : https://campclimat.eu/formations/

Un article à lire aussi dans Vélocité n°152 — septembre-octobre 2019, une publication de la FUB.

Tags
En voir plus

Clémence Pascal

Chargée de projets à la FUB

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close