La Tribune

Les nouvelles mobilités confrontées à quelques contraintes

« La technologie est en train de révolutionner la mobilité ! » Tel est le discours dominant actuel. Dès lors, comment ne pas le croire et garder un peu de sens critique ? Face à cet emballement, peut-on faire le tri dans l’avalanche des solutions nouvelles proposées ? Eh bien oui. Pour y parvenir, il suffit de rappeler les contraintes que doit respecter tout nouveau mode de déplacement et de tirer quelques leçons de l’histoire des transports.

Une révolution annoncée

Autopartage, cov­oiturage, VTC, voitures élec­triques, véhicules autonomes, vélos, trot­tinettes et scoot­ers en libre-ser­vice, engins de déplace­ment per­son­nels en tout genre (monoroues, hov­er­boards, gyropodes, rollers…), les « nou­velles mobil­ités » sont partout et agi­tent les médias, les élus, les pro­fes­sion­nels et même les asso­ci­a­tions de cyclistes urbains, comme en témoignent divers pro­pos enten­dus à la journée d’études de la FUB, le 10 mai dernier au Mans. Elles boule­verseront inex­orable-ment le paysage des trans­ports, nous dit-on de tous côtés.

La course aux nou­veautés tech­nologiques est désor­mais lancée. « Sommes-nous prêts ? », titrait un récent col­loque sur le véhicule autonome. Et les villes et leurs élus de se jeter fébrile­ment dans la com­péti­tion, sous forte pres­sion des indus­triels, pour ne pas se faire dou­bler par d’autres métrop­o­les, d’autres pays ou les GAFAM (Google, Apple, Face­book, Ama­zon, Microsoft)…

Mais toute cette agi­ta­tion oublie juste un détail : pour qu’un nou­veau mode de déplace­ment s’impose, il doit répon­dre à un cahi­er des charges ter­ri­ble­ment exigeant, com­por­tant au moins trois volets : tech­nique, économique et social. Dans le monde des trans­ports, les inno­va­tions ont tou­jours été foi­son­nantes et les réus­sites très rares(1).

Les dures lois de la physique

Tout mode de déplace­ment doit pou­voir résis­ter à une util­i­sa­tion jour­nal­ière, de façon suff­isam-ment sûre et con­fort­able et sans pro­duire de nui­sances exces­sives.

Il lui faut ain­si braver les intem­péries : des tem­péra­tures extrêmes (de — 20° à + 50° sous nos lati-tudes), des taux d’humidité très vari­ables, des con­di­tions météorologiques dif­fi­ciles (pluie dilu­vi­enne, neige, ver­glas, chaleur…), entraî­nant des phénomènes de dilata­tion et de cor­ro­sion. Il doit aus­si être capa­ble d’affronter des chaussées en mau­vais état : crevass­es, nids-de-poule, tôle ondulée, gravier, sable, pous­sière, débris divers… qui met­tent à rude épreuve les pneus, les sus­pen­sions et bien d’autres com­posants du véhicule.

Il doit égale­ment être fiable : avoir une direc­tion sûre, une bonne tenue de route, des freins puis­sants, tomber rarement en panne… Et surtout rester sûr, pour son util­isa­teur comme pour les autres usagers, soit en gar­dant une faible énergie ciné­tique (poids et vitesse réduits), soit par un habita­cle indé­formable ou des formes extérieures arrondies ou déformables. Il doit enfin lim­iter la con­som­ma­tion de matéri­aux et d’énergie, en restant à la fois suff­isam­ment léger et aéro­dy­namique, ou en mobil­isant l’énergie mus­cu­laire des util­isa­teurs eux-mêmes.

Tout cela en appor­tant un con­fort suff­isant : ne pas provo­quer de gêne ou de douleurs pour le con­duc­teur comme pour ses pas­sagers, les pro­téger éventuelle­ment en cas d’intempéries, éviter les bruits par­a­sites, etc. Et sans oubli­er le respect de l’environnement : lim­iter le bruit, la pol­lu­tion atmos-phérique, les émis­sions de gaz à effet de serre, la pol­lu­tion des sols et des eaux, l’encombrement…

Comme on le devine, l’équation à résoudre est absol­u­ment red­outable. Il faut sans cesse faire des com­pro­mis. C’est pourquoi de nom­breux pro­duits ne tien­nent pas la dis­tance. La plu­part des vélos partagés, par exem­ple, ne sont pas assez solides. Les trot­tinettes ont une durée de vie plus réduite que prévue. D’autres sont dan­gereux : le monoroue bien sûr, mais aus­si la trot­tinette élec­trique avec ses petites roues qui peu­vent se coin­cer facile­ment dans un nid-de-poule, sa vitesse plus grande que celle des cyclistes et son freinage défi­cient, avec risque de bas­culer vers l’avant.

Ces contraintes économiques si ennuyeuses

Toutes ces con­traintes physiques peu­vent être aujourd’hui résolues, con­sid­èrent nom­bre d’ingé-nieurs : par une con­cep­tion plus aboutie, des tech­nolo­gies nou­velles, des matéri­aux plus sophis­tiqués et divers out­ils numériques. Mais ces argu­ments tech­niques se heur­tent vite aux réal­ités économiques. Et nos ingénieurs de répon­dre en sub­stance : avec les inno­va­tions de procédés, la pro­duc­tion en série et le recy­clage, l’effet d’expérience, les coûts finiront par baiss­er forte­ment.

Pour­tant, cette issue heureuse n’a rien d’automatique, loin s’en faut : d’innombrables inven­tions n’ont pas trou­vé leur mod­èle économique, à com­mencer par le cas emblé­ma­tique du Con­corde. À vrai dire, la plu­part des inven­teurs n’ont qu’une faible cul­ture économique. Ils mécon­nais­sent le coût réel des solu­tions qu’ils pré­conisent, ils sures­ti­ment le marché poten­tiel de leur inven­tion, ils ne sont pas assez à l’écoute des usagers.

À l’inverse, il ne suf­fit pas d’investir des sommes con­sid­érables pour s’imposer sur un marché. En cinq ans d’existence, Ofo (l’ancien leader chi­nois des vélos sans sta­tion) a levé 2,2 mil­liards de dol­lars, puis a fait fail­lite. Un gâchis fan­tas­tique ! Sans compter les dizaines de mil­liers de vélos jetés en décharge. Il est faux de croire qu’il suf­fit de faire jouer la con­cur­rence et que le meilleur gagne. Ce cap­i­tal­isme sauvage entraine, en fait, un énorme gaspillage.

Enfin, beau­coup con­sid­èrent le partage comme un principe néces­saire, généreux, économique. Mais il peut être, au con­traire, plus coû­teux que la pos­ses­sion. Car il impose une régu­la­tion com­plexe pour éviter les mésusages. Il sup­pose sou­vent une occu­pa­tion de l’espace pub­lic qui lui n’est pas gra­tu­it, d’où une rede­vance de plus en plus exigée par les autorités. Il peut génér­er des dan­gers qui imposent une régle­men­ta­tion, comme la mise en four­rière des vélos ou trot­tinettes sans sta­tions aban­don­nés sur la voie publique.

Répondre à une demande sociale

Il ne suf­fit pas de créer une offre pour sus­citer une demande. Certes, il y a des marchés « poussés par l’offre », comme on dit, et les offreurs peu­vent façon­ner la demande, par la pub­lic­ité notam­ment, mais jusqu’à un cer­tain point seule­ment. L’innovation doit cor­re­spon­dre à des aspi­ra­tions pro­fondes de la société, sinon le suc­cès d’un nou­veau mode de déplace­ment peut n’être que très pas­sager.

Quand une inven­tion appa­raît, c’est rarement par hasard. Les ingénieurs cherchent tout de même, le plus sou­vent, à résoudre un prob­lème auquel la société est con­fron­tée, puis s’efforcent d’adapter sans cesse le pro­duit à la demande. On assiste à une « con­struc­tion sociale de la tech­nolo­gie », expliquent les his­to­riens des tech­niques(2). Ils mon­trent ain­si que l’histoire du vélo s’est tou­jours inscrite dans un con­texte économique et social pré­cis. En 1817, la draisi­enne cher­chait à combler la pénurie de chevaux ; dans les années 1870, le grand bi a per­mis aux aris­to­crates les plus excen­triques de se dis­tinguer ; le vélo est devenu pop­u­laire dans l’entre-deux-guerres alors que l’automobile était jugée trop bour­geoise ; le vélo urbain est en plein essor aujourd’hui dans une société dev­enue trop séden­taire, etc.

Et le vélo dans tout cela ?

Le vélo va-t-il résis­ter à cette vague d’innovations ? Oui sans aucun doute, car c’est une tech­no-logie éprou­vée de longue date. En 1861, les arti­sans mécani­ciens Ernest et Pierre Michaux récupèrent une draisi­enne et inven­tent les pédales qu’ils pla­cent directe­ment sur la roue avant. Les frères Olivi­er, ingénieurs cen­traliens, com­pren­nent le poten­tiel de cette inven­tion et s’associent avec les Michaux, en 1868, pour pro­duire en série le vélocipède, en per­fec­tion­nant peu à peu le pro­duit(3).

Com­mence alors une com­péti­tion intense entre les inven­teurs de prin­ci­pale-ment trois pays — la France, l’Allemagne et le Roy­aume-Uni -, à coup de cen­taines de brevets déposés, pour arriv­er en 1891 au vélo mod­erne : deux roues d’égale dimen­sion et de bonne taille pour avaler les défauts de la route, un empat­te­ment suff­isant de plus d’un mètre, une posi­tion vers l’arrière du cycliste et des freins cor­rects pour plus de sécu­rité, des pneu­ma­tiques avec cham­bre à air et une selle sus­pendue pour un con­fort cor­rect, un cadre rigide en aci­er et des pneus bien gon­flés pour un meilleur ren­de­ment, un pédalier et plus tard des vitesses pour démul­ti­pli­er l’énergie du cycliste… Tout cela pour par­venir à un véhicule à la fois suff­isam­ment fiable, rapi­de, sûr et con­fort­able. Le vélo est un com­pro­mis tech­nique et économique équili­bré et astu­cieux, mûre­ment réfléchi et con­forme aux aspi­ra-tions sociales de son temps, qui, 128 ans plus tard, défie avec suc­cès toutes les inno­va­tions actuelles, soi-dis­ant révo­lu­tion­naires.

Il est tou­jours très dif­fi­cile de refroidir les ardeurs des technophiles, de les ramen­er à des con­si-déra­tions plus terre à terre et de leur rap­pel­er les leçons de l’histoire(4).

Notes :

(1) Voir le récent bilan réal­isé par Jean Sivardière de la FNAUT (Fédéra­tion nationale des asso­ci­a­tions d’usagers des trans­ports) dans le domaine des trans­ports publics.

(2) Lire Wiebe E. Bijk­er, Of Bicy­cles, Bake­lites, and Bulbs : Toward a The­o­ry of Sociotech­ni­cal Change (Inside Tech­nol­o­gy), The MIT Press, Cam­bridge (Mass.), 1997, 390 p.

(3) Fran­cis Robin, « Des Cen­traliens à l’origine de l’industrie du cycle », Cen­traliens, n° 591, 2009, p. 3741

(4) Bril­lam­ment analysées par François Jar­rige, Tech­n­o­cri­tiques. Du refus des machines à la con­tes­ta­tion des techno­sciences, La Décou­verte, hors col­lec­tion Sci­ences Humaines, Paris, 2014, 420 p.

 

Un article à lire aussi dans Vélocité n°151 — mai-juin 2019, une publication de la FUB.

Tags
En voir plus

Frédéric Héran

Chercheur et économiste, auteur de l'ouvrage "Le retour de la bicyclette, Une histoire des déplacements urbains en Europe, de 1817 à 2050" aux éditions La Découverte.

Vous aimerez également...

One Comment

  1. Un arti­cle sai­sis­sant et per­ti­nent au regard de ce que l’on peut observ­er aujourd’hui sur les dif­férents itinéraires. La con­clu­sion résume bien l’avenir du vélo par cette étude du passée. On oublie tous mal­heureuse­ment… Mais cer­tains d’entre vous êtes là pour nous rap­pel­er les événe­ments et les évo­lu­tions dans l’histoire. Con­tin­uez ain­si votre tra­vail, il est impor­tant pour l’avenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close