A lire

La FUB représentée au Forum mondial du vélo à Quito

Depuis 2012, le Forum mondial du vélo constitue l’un des événements les plus importants en faveur de l’usage du vélo - l’autre grand rassemblement annuel étant le congrès Velocity : velo-city2019.com. La 8e édition de ce Forum a eu lieu du 25 au 28 avril 2019 à Quito en Equateur(1).

Asso­ci­a­tions locales et nationales de pro­mo­tion du vélo, pro­fes­sion­nels, tech­ni­ciens et élus fig­u­raient par­mi les par­tic­i­pants. La plu­part étaient orig­i­naires d’Amérique Latine, mais un cer­tain nom­bre représen­taient égale­ment l’Europe, l’Océanie, l’Asie et l’Amérique du Nord. La com­mu­nauté vélo s’est réu­nie pen­dant qua­tre jours pour échang­er et béné­fici­er de retours d’expériences con­crets, afin de trou­ver col­lec­tive­ment des solu­tions pour pro­mou­voir effi­cace­ment l’usage du vélo comme solu­tion de mobil­ité durable sur tous les ter­ri­toires.

L’apprentissage du vélo : levier essentiel pour développer la pratique du vélo

Le FMB8 au cen­tre des con­ven­tions Euge­nio Espe­jo à Quito © N. Dubois

La FUB était représen­tée au FMB 8 par Nico­las Dubois, qui a présen­té le pro­gramme « Savoir rouler à vélo », à des­ti­na­tion des enfants, offi­cielle­ment lancé le 17 avril 2019 (voir savoirrouleravelo.fr). Suite à cette inter­ven­tion, la FUB a béné­fi­cié de retours d’expériences d’associations du Mex­ique (pedaliers.org), d’Argentine (ArgEn­Bi­ci), du Brésil (bikeanjo.org) et d’Equateur (Car­ishi­na en bici) qui dévelop­pent égale­ment des activ­ités d’apprentissage du vélo. Ces témoignages rich­es con­stituent de véri­ta­bles sources d’inspirations con­crètes pour la France et l’Europe en général.

La présen­ta­tion d’Iván Rodríguez « for­ma­tion de moni­teurs de cyclisme urbain : objec­tif 10 000 » a été par­ti­c­ulière­ment instruc­tive. Afin de valid­er leurs diplômes, les étu­di­ants locaux doivent réalis­er 160 heures de « ser­vice pour la com­mu­nauté ». Pen­dant 14 mois, grâce à un accord passé avec le gou­verne­ment local et avec l’aide d’un autre for­ma­teur, Iván a for­mé 109 moni­teurs de cyclisme urbain (20 h de for­ma­tion en présen­tiel, dont 10 h de pra­tique ; puis 20 h de for­ma­tion à dis­tance). Cha­cun des 109 moni­teurs doit à son tour for­mer 100 per­son­nes à la pra­tique du vélo en ville, dans le cadre des 120 heures de « ser­vice à la com­mu­nauté » restantes à effectuer, afin de valid­er leur diplôme.

En col­lab­o­ra­tion avec Lotte Bech, Iván a égale­ment organ­isé des ate­liers de « jeux à vélo » pour les enfants de 3 à 5 ans, dans dif­férents quartiers de Quito, dans le cadre du Forum. Lotte Bech, investie dans ce pro­jet depuis sep­tem­bre 2018, a for­mé à cette occa­sion 15 moni­teurs de cyclisme urbain.

Des interventions marquantes, notamment autour du plaidoyer pro-vélo

En Amérique Latine, les homo­logues de la FUB mènent des pro­jets proches des nôtres. Au Brésil, le plaidoy­er de l’UCB — União de Ciclis­tas do Brasil — a per­mis d’obtenir un plan vélo (Pro­gra­ma Bici­cle­ta Brasil — PBB). Comme en France, il s’agit pour eux de trans­former l’essai, c’est-à-dire de s’assurer que la loi sera bien mise en œuvre. Il en va de même pour le Mex­ique, où la « loi de pro­mo­tion de l’usage du vélo et de pro­tec­tion des cyclistes » a été votée dans l’Etat de Basse Cal­i­fornie.

Ces deux inter­ven­tions font éton­nam­ment écho à la cam­pagne Par­lons-Vélo de la FUB (www.parlons-velo.fr), à ses travaux dans le cadre des Assis­es de la mobil­ité, l’obtention du pre­mier plan vélo financé en France et aux travaux actuels dans le cadre de la Loi d’orientation des mobil­ités.

Ce forum a per­mis à la com­mu­nauté inter­na­tionale vélo d’échanger sur la marche à suiv­re pour con­va­in­cre les pou­voirs publics de faire avancer la cause du vélo, et notam­ment dans la loi.

Par ailleurs, les con­férenciers du FMB 8 ont abor­dé une grande var­iété de thèmes : l’égalité hommes-femmes dans l’espace pub­lic, l’ingénierie cyclable, le ren­force­ment des con­nais­sances sci­en­tifiques sur la mobil­ité à vélo, l’inclusion sociale, pour le développe­ment de la pra­tique du vélo au quo­ti­di­en en zone urbaine/rurale.

Mais le FMB 8 ne s’est pas lim­ité à ces pris­es de parole. Les par­tic­i­pants ont pu égale­ment par­ticiper à :

  • des présen­ta­tions au for­mat pecha kuc­ka,
  • des ate­liers thé­ma­tiques, en présence de tech­ni­ciens et d’élus,
  • des mass­es critiques/vélorutions et itinéraires thé­ma­tiques à vélo,
  • des séances de vélo-écoles,
  • une foire aux exposants,
  • un rassem­ble­ment de voyageurs à vélo,
  • des événe­ments cul­turels et artis­tiques (con­certs, con­cours pho­tos, films et ani­ma­tions ciné-cyclo…),
  • des événe­ments sportifs (cri­teri­um, all­ey­cat),
  • des inter­ven­tions urbaines dans toute la ville.

Suite aux can­di­da­tures reçues et soumis­es au vote des par­tic­i­pants, le 9e Forum mon­di­al du vélo aura lieu en 2020 au Népal, puis il sera de retour en Amérique Latine en 2021 en Argen­tine.

Sur la place du vélo à Quito et en Équateur

Tri­por­teurs au marché de Cayambe © N. Dubois

Comme dans de nom­breux pays d’Amérique Latine (et d’ailleurs), ce sont mal­heureuse­ment sou­vent les con­duc­teurs des plus gros véhicules qui se sen­tent pri­or­i­taires sur les autres usagers de l’espace pub­lic, par­mi lesquels les cyclistes et les pié­tons. Même lorsqu’il s’agit de tra­vers­er la chaussée sur un pas­sage pié­ton (au vert), les pié­tons avan­cent avec une grande pré­cau­tion et regar­dent à de mul­ti­ples repris­es autour d’eux, voire tra­versent en courant (y com­pris des per­son­nes accom­pa­g­nées d’enfants), de peur de se faire couper la route par un con­duc­teur de véhicule motorisé. Il s’agit d’un prob­lème cul­turel mais égale­ment du manque de moyens et/ou de volon­té poli­tique pour men­er des cam­pagnes de sen­si­bil­i­sa­tion et pour con­trôler ou sanc­tion­ner ces com­porte­ments. Il en va de même pour les usagers du vélo, pour lesquels les con­di­tions ne sont pas encore réu­nies pour pou­voir réelle­ment pren­dre leur place. A Quito, les infra­struc­tures cyclables sont présentes sur cer­tains axes (et dans tous les parcs), mais un cer­tain nom­bre d’entre elles ne per­me­t­tent pas aux cyclistes de se déplac­er en sécu­rité et sont trop peu entretenues. De plus, de nom­breux usagers du vélo n’utilisent pas ces infra­struc­tures, les mécon­nais­sent, ou ne se sen­tent pas à l’aise pour les utilis­er.

Quito, à l’instar d’autres cap­i­tales lati­no-améri­caines, ferme cer­tains grands axes de cir­cu­la­tion aux véhicules motorisés les dimanch­es (Quito est mem­bre du réseau Ciclovias Recre­ati­vas de las Amer­i­c­as : cicloviasrecreativas.esy.es), ce qui per­met à de nom­breux Quiteños de se déplac­er à vélo et/ou de pra­ti­quer tout type d’activité physique.

Il faut con­va­in­cre les par­ties prenantes de l’intérêt de per­me­t­tre à tous les citoyens de se déplac­er libre­ment et en sécu­rité, afin qu’il leur soit pos­si­ble d’opter pour une solu­tion de mobil­ité douce.

Grâce, entre autres, à de grands événe­ments comme le Forum mon­di­al du vélo, la com­mu­nauté pro-vélo monte en com­pé­tences et fait émerg­er des solu­tions durables qui sont de plus en plus plébisc­itées, puis pro­gres­sive­ment mis­es en œuvre par les gou­verne­ments aux dif­férentes échelles ter­ri­to­ri­ales. Cer­taines solu­tions pour dimin­uer l’usage des véhicules motorisés exis­tent déjà, à l’image des asso­ci­a­tions de livrai­son en tri­por­teur aux abor­ds des marchés munic­i­paux d’Équateur…

(1) voir le site fmb8.org

 

Entre­tien avec Sofia Gor­don, coor­di­na­trice générale du Forum mon­di­al du vélo « FMB 8 »

Com­ment votre équipe s’est-elle organ­isée pour la réal­i­sa­tion de ce Forum ?

Nous avons eu besoin de deux années de pré­pa­ra­tion, avec env­i­ron 20 per­son­nes engagées depuis le début et 25 sup­plé­men­taires lors de l’événement. J’ai quit­té mon emploi dans l’éducation pop­u­laire pour me con­sacr­er à ce Forum depuis octo­bre 2018.

Quels sont les chiffres clés du FMB 8 ?

Nous avons en tout 150 présen­ta­tions ; 21 « inter­ven­tions urbaines » ; 47 événe­ments cul­turels, avec 25 pays représen­tés.

Quelle a été la spé­ci­ficité de cette 8e édi­tion ?

La place faite aux femmes : l’un des cinq axes thé­ma­tiques du Forum est celui de la diver­sité eth­nique et du genre. Par exem­ple, c’est la pre­mière fois que les « niñas » (filles) ont pu se réap­pro­prier la rue ici à Quito, lors de la parade à vélo du 27 avril.

Com­ment avez-vous réus­si à faire en sorte que ce Forum soit gra­tu­it pour les par­tic­i­pants ?

Nous avons des parte­naires stratégiques : la métro­pole, la banque inter­améri­caine de développe­ment (BID), le min­istère des Trans­ports. Nous avons obtenu des fonds grâce à des appels à pro­jets (via la Senescyt) et nous avons obtenu des échanges de ser­vices avec nos autres spon­sors.

Com­ment avez-vous réus­si à mon­ter un pro­gramme aus­si riche y com­pris à l’extérieur du palais des con­grès ?

Nous avons dû effectuer un grand nom­bre de démarch­es, notam­ment pour les « inter­ven­tions urbaines ». L’objectif était de ne pas organ­is­er un Forum entre con­va­in­cus, mais bien de s’ouvrir au grand pub­lic et aux habi­tants en ren­dant vis­i­ble la thé­ma­tique du vélo et de la mobil­ité durable.

Quelles sont les plus grandes réus­sites de ce Forum, selon vous ?

La con­nex­ion avec la nature : tous nos événe­ments extérieurs se sont bien déroulés grâce à une météo favor­able. Je cit­erais égale­ment : la céré­monie d’ouverture (inspirée des croy­ances locales — ndlr), la réap­pro­pri­a­tion de l’espace pub­lic, la place faite aux femmes dans les débats, les ren­con­tres avec les élus locaux et la venue de nom­breux écol­iers et étu­di­ants au Forum.

Suite au FMB 8, va-t-il y avoir des change­ments con­crets pour les habi­tants de Quito et pour les équa­to­riens ?

Des pro­jets ambitieux ont vu le jour, comme par exem­ple les « Jeux à Vélo » pour favoris­er l’apprentissage du vélo, pro­posés par Lotte Bech (archi­tecte urban­iste danoise, spé­cial­iste du vélo). Le plus impor­tant, c’est que les élus se soient engagés offi­cielle­ment lors de ce Forum en faveur du vélo. Nous avons les enreg­istrements ! Les élec­tions vien­nent d’avoir lieu. Les élus pren­nent leurs fonc­tions le 14 mai 2019.

Les pays européens ont-ils des choses à appren­dre des pays lati­no-améri­cains, et vice-ver­sa ?

Je suis con­va­in­cue que les échanges de con­nais­sances dans le cadre de Forums comme celui-ci sont posi­tifs. Il nous reste à con­cré­tis­er le change­ment. Nous sommes dans une phase d’apprentissage. Nous devons adapter les out­ils exis­tants au con­texte lati­no-améri­cain.

Tags
En voir plus

Nicolas Dubois

Chargé de mission pour la Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close