A lire

Une énorme envie de vélo

Ville d’accueil du congrès de la FUB du 10 au 12 mai, le Mans est une « ville-test » : les choix et les réactions des Manceaux sont représentatifs de ceux de l’ensemble des Français.

La ville est d’ailleurs dans la moyenne pour les amé­nage­ments comme pour la pra­tique cyclable : à vélo, Le Mans n’est ni l’enfer ni le par­adis. Mais quelle envie ! Dès qu’une ini­tia­tive facilite le déplace­ment à vélo, c’est un suc­cès reten­tis­sant.

La loca­tion longue durée de vélos à assis­tance élec­trique, pro­posée par l’opérateur du réseau de trans­ports en com­mun, a longtemps été vic­time de ce suc­cès. La liste d’attente atteignait 18 mois ! La Setram a accéléré ses achats pour franchir en 2018 la barre des 1 000 VAE en cir­cu­la­tion. La demande reste forte et, pour y répon­dre, le parc des « vélos orange » doit encore aug­menter en 2019.

L’atelier d’auto-réparation de Cycla­maine, ouvert mi-2017, a atteint les 150 util­isa­teurs en quelques mois. Le Mans n’a pas encore de « Mai­son du vélo » mais les cyclistes ont déjà leur quarti­er général.

Une entrée du cen­tre pié­ton­nier, des arceaux
sat­urés et envahis par des motos. ©Cycla­maine

Le bud­get annuel de pose d’arceaux per­met pro­gres­sive­ment de mieux mailler l’hypercentre et cer­tains quartiers. C’est pour le sta­tion­nement que la ville obtient cer­taines de ses meilleures notes dans le baromètre des villes cyclables. Ils plaisent beau­coup, ces arceaux, y com­pris, et ce n’était pas prévu… aux usagers de deux-roues motorisés !

Plus de sécurité, c’est plus de cyclistes

Trop peu d’efforts ont été con­sacrés au critère le plus impor­tant : les amé­nage­ments pour la sécu­rité des cyclistes. Le baromètre des villes cyclables a per­mis de met­tre des chiffres sur ce besoin. Pas moins de 93 % des cyclistes manceaux, actuels ou poten­tiels, jugent « impor­tant d’être séparés de la cir­cu­la­tion auto­mo­bile ».

A l’appel de Cycla­maine, 300 per­son­nes ont man­i­festé en sep­tem­bre dernier, avec comme mot d’ordre : « la sécu­rité main­tenant — des amé­nage­ments con­ti­nus, entretenus et respec­tés ! ». Le cortège est notam­ment passé par des boule­vards où, sur des tronçons entiers, aucune place n’est encore prévue pour le vélo.

Le mes­sage est clair : aucun kilo­mé­trage de ban­des cyclables ne répon­dra à ce besoin. Seuls des itinéraires sécurisés, effi­caces et con­fort­a­bles peu­vent vrai­ment sat­is­faire l’envie de se déplac­er à vélo.

Des aménagements sérieux, enfin ?

A la belle sai­son, des guides du ser­vice pat­ri­moine de la ville pro­posent des vis­ites thé­ma­tiques à vélo, encadrées par des bénév­oles de Cycla­maine. ©Cycla­maine

En cela aus­si, Le Mans est représen­ta­tive des villes français­es : jusqu’ici les amé­nageurs accor­daient un espace aux cyclistes là où c’était facile. Désor­mais, il s’agit de garan­tir cette place là où c’est utile. Au Mans, cette révo­lu­tion est à portée de main.

Depuis des années déjà, aucun respon­s­able poli­tique mod­erne ne con­teste la néces­sité de faciliter les déplace­ments à vélo. Mais la réal­i­sa­tion des amé­nage­ments suiv­ait mal, cer­tains pro­jets pour­tant votés atten­dent tou­jours le lance­ment de leur chantier.

Ces derniers mois, une nou­velle impul­sion sem­ble don­née, d’une part à des pro­jets à court terme, d’autre part à l’ambition de bâtir un réseau cyclable cohérent.

Cette per­spec­tive encour­age une asso­ci­a­tion comme Cycla­maine dans son rôle d’aiguillon. Nous serons vig­i­lants sur la qual­ité des amé­nage­ments cyclables de nou­velle généra­tion, car c’est la clef du report modal vers le vélo.

L’enjeu du savoir-faire

Au Mans comme ailleurs, la réus­site de cette tran­si­tion passera par un ren­force­ment des moyens financiers et humains dédiés au vélo. Il fau­dra gér­er une pro­fu­sion de pro­jets, les can­di­da­tures au Fonds nation­al vélo, de nou­veaux critères de qual­ité dont cer­tains bous­cu­lent les habi­tudes (niveau zéro [à pré­cis­er], sig­nal­i­sa­tion spé­ci­fique, inter­sec­tions plus com­plex­es…). Ces défis ne seront pas relevés sans que les col­lec­tiv­ités réser­vent des postes au suivi de l’infrastructure cyclable.

Le Plan vélo nation­al est une inci­ta­tion bien­v­enue mais seules les col­lec­tiv­ités avec com­pé­tence sur la voirie, comme Le Mans Métro­pole, peu­vent vrai­ment agir. C’est de l’agglomération que dépend le change­ment.

L’investissement vaut telle­ment la peine ! Car si cette nou­velle généra­tion d’aménagements est réussie, la pop­u­la­tion de l’agglomération du Mans s’en servi­ra pour pass­er au vélo, à grande échelle. Et si ça fonc­tionne au Mans, ce sera le cas partout en France.

 

L’association Cyclamaine

Depuis 25 ans, Cycla­maine réu­nit cyclistes de l’agglomération du Mans et mil­i­tants des déplace­ments à vélo.

L’atelier d’auto-réparation géré par Cycla­maine a ouvert au print­emps 2017. ©Cycla­maine

L’offre de ser­vices aux cyclistes, longtemps itinérante, a changé de dimen­sion depuis 2017 et la loca­tion d’un local à la munic­i­pal­ité. Cela a per­mis l’installation d’un ate­lier d’auto-réparation ouvert au moins 5 jours sur 7. Ce ser­vice repose unique­ment sur le bénévolat : 1 000 heures en 2018, dont les 2/3 pour l’atelier. Out­re la mécanique, le local accueille tout un pro­gramme d’activités asso­cia­tives et mil­i­tantes : bours­es aux vélos, ani­ma­tions autour du voy­age à vélo, for­ma­tions…

Cycla­maine compte une salariée à temps par­tiel, avec la mis­sion de dévelop­per les for­ma­tions vélo en milieu sco­laire et en entre­prise.

L’association auto-finance entière­ment ces activ­ités grâce aux adhé­sions de ses plus de 600 mem­bres, à la vente de vélos et de pièces de récupéra­tion et à la presta­tion de for­ma­tions.

On peut aus­si crois­er les bénév­oles partout en ville lors d’actions de préven­tion (« Cyclistes, brillez ! ») ou de loisirs (vis­ites guidées à vélo, en parte­nar­i­at avec des guides de la Ville).

Périmètre et ambitions élargies

L’association ren­con­tre régulière­ment élus et tech­ni­ciens de l’agglomération, lors de réu­nions dédiées au vélo et à l’occasion de con­sul­ta­tions sur des pro­jets. A chaque fois, les mil­i­tants bénév­oles de Cycla­maine cherchent à amélior­er les con­di­tions de cir­cu­la­tion des cyclistes. De part et d’autres, ces échanges sont empreints de bonne volon­té. Les résul­tats, eux, restent con­di­tion­nés par la volon­té poli­tique de dévelop­per l’usage du vélo.

Depuis cette année, Cycla­maine inter­vient sur tout le départe­ment de la Sarthe, et pas seule­ment sur l’agglomération du Mans. Cette évo­lu­tion per­met de répon­dre aux sol­lic­i­ta­tions spon­tanées de col­lec­tiv­ités sarthois­es. L’association s’est aus­si fixé l’objectif d’obtenir l’aménagement d’itinéraires cyclo-touris­tiques en site pro­pre, en pri­or­ité le long de la Sarthe. Il ne manque plus qu’une cinquan­taine de kilo­mètres pour con­necter Le Mans à La Loire à vélo !

Un article à lire aussi dans Vélocité n°150 — mars-avril 2019, une publication de la FUB.

Tags
En voir plus

Association Cyclamaine

Association membre de la FUB sur Le Mans.

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close