Actus France

Ces mesures pour favoriser l’usage du vélo

Le Plan Vélo, qui s’inscrit dans le cadre de la Loi d’Orientation des Mobil­ités, pro­pose une série de mesures pour boost­er l’usage du vélo, notam­ment sur les tra­jets domi­cile-tra­vail. Où la France est loin du pelo­ton de tête européen.

En matière de développe­ment de l’usage du vélo au quo­ti­di­en, les objec­tifs de la Loi d’Orientation des Mobil­ités sont ambitieux. Elle prévoit, d’abord, de tripler la part du vélo dans nos déplace­ments à l’horizon 2024. Ambitieux, certes, mais la marge de pro­gres­sion est impor­tante : le vélo ne cou­vre actuelle­ment que 3% des déplace­ments quo­ti­di­ens des Français (2% des act­ifs l’utilisent pour aller au bureau), quand 70% des tra­jets domi­cile-tra­vail font… moins de cinq kilo­mètres.

Dans le pro­longe­ment de la présen­ta­tion du Plan Vélo, en fin d’année dernière, le gou­verne­ment a par ailleurs rap­pelé qu’entre les années 1970 et 2000, « le vélo est passé du statut de mode de déplace­ment », avec 10% des tra­jets domi­cile-tra­vail dans les années 1970, « à celui, en pre­mier lieu, d’activité de loisir ou de pra­tique sportive ».

A l’arrivée, la France fig­ure aujourd’hui au vingt-cinquième rang dans l’Union européenne (!) sur l’usage quo­ti­di­en du vélo. L’UE, où la moyenne dépasse les 7%, le dou­ble de l’Hexagone. Seules des métrop­o­les comme Stras­bourg, Bor­deaux ou Greno­ble font mieux (autour de 10%).

»> Lire aus­si :Les villes français­es les plus accueil­lantes pour le vélo

Incitations financières et « culture vélo »

Le Plan Vélo et Mobil­ités Actives vient donc pro­pos­er une série de mesures visant à lever les freins qui sub­sis­tent à l’usage quo­ti­di­en de la bicy­clette. L’annonce la plus forte est sans doute celle d’un « for­fait mobil­ité durable », qui vien­dra rem­plac­er l’indemnité kilo­métrique vélo : les employeurs des secteurs pub­lic et privé pour­ront con­tribuer aux frais de déplace­ment domi­cile-tra­vail, à vélo ou par cov­oiturage, de leurs salariés. Le mon­tant de l’aide (fac­ul­ta­tive) pour­ra aller jusqu’à 400 euros par an, sous forme de fran­chise d’impôt ou de coti­sa­tions sociales.

Source : Ces mesures pour favoris­er l’usage du vélo — Le Parisien

Tags
En voir plus

Perrine Burner

Chargée de communication à la FUB

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close