Actus France

Pourquoi le vélo a conquis Bordeaux (et ce n’est pas le Far West)

L’utilisation du vélo a bon­di de 50% depuis 2015, et représente désor­mais 80000 cyclistes quo­ti­di­ens, soit 12% des habi­tants de Bor­deaux Métro­pole (19% des Bor­de­lais). Cela ne va pas sans quelques prob­lèmes de cohab­i­ta­tions avec les pié­tons – au point qu’Alain Jup­pé par­le de Far West… -, et pour­tant le nom­bre d’accidents est en baisse. Ces con­flits d’usage vien­nent surtout de part encore très impor­tante réservée à l’auto dans l’espace pub­lic.

Et si vous chang­iez de pompe ? Dif­fusé sur les réseaux soci­aux lors des débats sur la hausse du prix des car­bu­rant et le blocage du 17 novem­bre, ce slo­gan sug­gérait en deux images de pass­er de la pompe à essence à la pompe à vélo. A pri­ori provo­ca­trice pour ceux qui sont oblig­és d’avaler des kilo­mètres tous les jours en voiture, l’idée est dev­enue une réal­ité pour plus de gens qu’on ne l’imagine.

Exem­ple : lors de la présen­ta­tion de son bilan du « plan d’urgence mobil­ité », Bor­deaux Métro­pole a présen­té les résul­tats stupé­fi­ants des nou­velles pistes cyclables à Méri­gnac, dans la zone de l’Aéroparc. Ces voies ont été con­stru­ites en urgence, suite à la mort d’un cycliste sur ces axes routiers embouteil­lés, et àla mobil­i­sa­tion des « vélotaffeurs », de plus en plus nom­breux  à mon­ter en selle pour aller au turbin dans ce quarti­er très mal desservi par les trans­ports en com­muns.

Source : Pourquoi le vélo a con­quis Bor­deaux (et ce n’est pas le Far West) — Rue89 Bor­deaux

Tags
En voir plus

Perrine Burner

Chargée de communication à la FUB

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close