A lire

Angers et le grand plan vélo

La ville qui accueillait le Premier ministre était l’an dernier 3e sur le podium du Baromètre de la FUB dans sa catégorie. Mais à Angers, on a d’autres raisons de s’intéresser à un plan vélo.

Le choix d’Angers pour annon­cer un plan vélo avait quelque chose d’un peu para­dox­al. Car ici, le plan vélo, ça fait plus de deux ans qu’on l’attend. Le plan vélo d’agglomération, pas le plan nation­al.

Après avoir très vite instau­ré une pre­mière heure de sta­tion­nement gra­tu­ite dans les park­ings du cen­tre ville (pour les voitures), la nou­velle équipe munic­i­pale arrivée en 2014 avait en effet annon­cé un plan vélo qui allait ridi­culis­er les amé­nage­ments cyclables à coups de pein­ture et de comm’ de l’équipe précé­dente. Le temps pas­sait. Et puis un beau jour d’avril dernier, on a pu lire dans le mag­a­zine de l’agglo dis­tribué dans les boîtes aux let­tres que « le grand plan vélo est lancé », avec un « sché­ma directeur des infra­struc­tures cyclables » pour notam­ment faire dis­paraître les dis­con­ti­nu­ités « entre les grandes polar­ités et la ville cen­tre », et ouvrir « l’éducation à la pra­tique du vélo pour les enfants ». Par­fait. « Lancé » au print­emps, il serait dévoilé « d’ici fin 2018 ». On approche.

Le contexte politique

Le plan vélo de l’ami Edouard a donc pris de court celui de l’ami Christophe, cha­cun des deux rap­pelant régulière­ment les « liens d’amitié » qui les unis­sent. A pri­ori c’est plutôt bon pour accélér­er les choses, et faire un peu oubli­er la lenteur du démar­rage.

A Angers, le con­texte poli­tique ne se lim­ite pas à ce lien que le maire d’Angers, classé divers droite, s’efforce d’entretenir avec le Pre­mier min­istre. Un autre élu local a récem­ment émergé, et a su se ren­dre incon­tourn­able quand on par­le de vélo : le député Matthieu Orphe­lin, ancien cadre de l’ADEME, ex-élu Vert au con­seil région­al, un proche de Nico­las Hulot très présent dans les médias. Sou­tien atten­tion­né de la FUB auprès de la min­istre des Trans­ports durant l’élaboration du plan vélo, Matthieu Orphe­lin a été salué par Edouard Philippe dans son dis­cours au même titre que Christophe Béchu, les deux élus locaux sachant s’apprécier mutuelle­ment. Ils se retrou­vent d’ailleurs tous deux du côté de la majorité gou­verne­men­tale, bien que venant d’horizons poli­tiques totale­ment dif­férents.

Le contexte urbain

Le con­texte urbain d’Angers n’est pas for­cé­ment favor­able au vélo, et là le plan nation­al va sans doute pou­voir don­ner un coup de main au plan d’agglomération. Une saignée autoroutière (la liai­son his­torique Paris-Nantes, l’autoroute passe main­tenant au nord) tra­verse le bas du cen­tre-ville, le long de la Maine, bar­rant l’accès du bord de la riv­ière aux pié­tons. Les ten­ta­tives de la munic­i­pal­ité actuelle pour réduire l’impact de cette deux fois deux voies n’annulent pas l’effet désas­treux de coupure urbaine. Cette route départe­men­tale à 51 000 véhicules par jour sert en fait de dévi­a­tion sud de l’agglomération, qui n’a jamais été faite et ne se fera sans doute jamais.

Une autre coupure urbaine hand­i­cape forte­ment le réseau cyclable de l’agglomération : l’autoroute A87 (Paris-Cho­let-La Roche-sur-Yon), dite « rocade est », que le vélo ne peut franchir au sud d’Angers (sur la com­mune des Ponts-de-Cé) ailleurs que sur un vieux pont sans pistes cyclables où passent 10 000 véhicules par jour, dont là aus­si de nom­breux poids lourds.

Le préfet fait du vélo

S’affranchir de ces coupures urbaines n’est pas la seule rai­son d’en appel­er aux aides d’un plan vélo nation­al : le site de la gare d’Angers est encom­bré de voitures… et de vélos attachés dehors sans espace sécurisé.

Le con­texte d’Angers, c’est aus­si un préfet qui fait du vélo (et pas que devant les pho­tographes), comme l’a publique­ment souligné Edouard Philippe le 14 sep­tem­bre. Un préfet qui s’était ren­du dans les locaux de l’association locale Place au vélo fin mai pour encour­ager les écol­iers venus par­ticiper à la semaine du vélo à l’école et au col­lège. Et il avait bien dit aux enfants tout l’intérêt de cette pra­tique excel­lente pour la san­té.

Un article à lire aussi dans Vélocité147 — septembre-octobre 2018, une publication de la FUB.

Tags
En voir plus

Jean-Michel Trotignon

Rédacteur en chef de Vélocité, la revue (papier) de la FUB

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close