La Tribune

Le vélo comme outil de travail : la Tricyclerie témoigne

On sait tout ce que peut apporter le vélo à ses nom­breux util­isa­teurs au quo­ti­di­en, mais le vélo, c’est aus­si un out­il de tra­vail bon pour la planète, la société et les tra­vailleurs. La Tri­cy­clerie est une asso­ci­a­tion de ges­tion des bio-déchets située à Nantes. Le plus : les bio-déchets sont col­lec­tés à vélo grâce à des remorques spé­ciales. Pour Actu­vé­lo, Col­ine Bil­lon nous explique le principe.

Est-ce que tu peux nous expliquer en quelques mots le projet ?

La Tri­cy­clerie, c’est un con­cept assez sim­ple qui mixe le cycle des déchets avec le vélo. Con­crète­ment, nous organ­isons la col­lecte de déchets organiques chez des pro­fes­sion­nels et la val­ori­sa­tion de ces déchets. Nos util­isa­teurs, ce sont donc des épiceries, des immeubles de bureau (avec sou­vent une bonne pro­duc­tion de marc de café), et bien sûr des restau­rants, nos pre­miers et prin­ci­paux con­tribu­teurs. Aujourd’hui, nous col­lec­tons auprès de 30 restau­rants et 10 immeubles de bureaux, ce qui fait env­i­ron 2,5 tonnes de déchets par mois. Ce vol­ume est ensuite com­posté sur 2 sites, puis dis­tribués dans des jardins ou auprès de maraîch­ers de la métro­pole nan­taise.

L’activité se développe en per­ma­nence, puisque il y a une nou­velle demande par semaine. Aujourd’hui, nous sommes donc 2 salariées et 2 ser­vices civiques, et une ving­taine de bénév­oles nous aident sur la col­lecte, la dis­tri­b­u­tion de com­post, et les trucs qui les écla­tent ! C’est une aven­ture col­lec­tive !

Qu’est-ce qui fait rentrer les professionnels dans votre circuit ?

Pour la plu­part de nos clients, la moti­va­tion pre­mière est de ne pas met­tre leurs déchets organiques à l’incinération, sachant qu’ils pro­duisent prin­ci­pale­ment des épluchures. Par ailleurs, notre activ­ité leur offre un petit plus en ter­mes de com­mu­ni­ca­tion : faire par­tie du réseau de la Tri­cy­clerie, c’est un gage de qual­ité pour beau­coup de nan­tais-e-s, et donc de nou­veaux clients poten­tiels.

Pourquoi avoir choisi le vélo ?

Bio-déchets et vélo sont venus ensem­ble dès le départ ! Je fai­sais beau­coup de vélo en ville, voire même, il m’arrivait de pédaler des dizaines de kilo­mètres pour aller pos­er mes bio-déchets chez mes par­ents. J’ai d’abord pro­posé à des amis d’emmener leurs déchets. Et c’est ain­si qu’est née la Tri­cy­clerie.. A Nantes, il y a déjà de nom­breuses boites à vélo, c’est un écosys­tème dans lequel la Tri­cy­clerie s’insère. Le vélo, c’est une logis­tique urbaine très pra­tique, très con­viviale, et adap­tée à nos vol­umes. Pour être tout à fait hon­nête, par­fois, en tournée, la pluie, c’est un peu lourd ! Mais ça nous per­met de ren­con­tr­er les gens, de dis­cuter, de déstress­er, et donc, ça com­pense large­ment.

N’est-ce pas trop compliqué, la logistique vélo ?

C’est sûr, le vélo lim­ite notre vol­ume, même si on achète des nou­velles remorques, même si on lance des nou­velles tournées. Nous tou­chons vrai­ment aux lim­ites du vélo lorsqu’il faut aller livr­er le com­post, parce que les maraîch­ers sont trop loin pour nous. Nous deman­dons donc aux maraîch­ers de venir chercher le com­post au détour d’un aller-retour à Nantes, par exem­ple en venant ven­dre leur pro­duc­tion au marché.

une partie de l'équipe de la tricyclerie
©Char­lotte Gois­lot

Mais nous nous adap­tons beau­coup, nous pré­parons les par­cours en fonc­tion de la demande des pro­fes­sion­nels, et puis nous cher­chons des lieux de com­postage proches du cen­tre-ville. Les actuels sont déjà pleins. Il faut alors imag­in­er des parte­nar­i­ats (un théâtre et son park­ing, des frich­es, des lieux de jar­di­nage…).

La collecte et la valorisation, c’est votre seule activité ?

Ini­tiale­ment oui, mais désor­mais, l’autre par­tie de l’activité est d’accompagner les por­teurs de pro­jets situés dans d’autres villes. Nous mon­tons un guide d’accompagnement et nous appor­tons des répons­es spé­ci­fiques aux ques­tions qu’on nous soumet très régulière­ment. Avant, cela pre­nait beau­coup de notre temps d’accompagner les gens, et pour con­tin­uer à pou­voir vivre du pro­jet, cette activ­ité doit être rémunéra­trice. Notre mod­èle peut s’adapter à chaque ville, et donc l’activité va se dévelop­per un peu partout. Notre objec­tif, c’est d’être une “freechise” : le por­teur de pro­jet est libre d’utiliser le nom à con­di­tion d’acheter le matériel chez nous, et de cotis­er pour béné­fici­er d’un accom­pa­g­ne­ment. C’est le principe de la fran­chise mais avec beau­coup plus de lib­erté.

Et puis en ce moment, nous aime­ri­ons bien trans­former l’association en SCIC [Société coopéra­tive d’intérêt col­lec­tif].

Est-ce que tu crois que le vélo est un outil de travail qui a de l’avenir?

Oui ! C’est un out­il par­fait tant que les pro­jets sont adap­tés. Il faut accepter la lenteur et les lim­ites inhérentes à l’outil, nos pro­pres lim­ites physiques ou les lim­ites matérielles. Le vélo est une solu­tion hyper flex­i­ble, ça crée des oppor­tu­nités géniales d’activités, que ce soit en ter­mes de déplace­ment (on peut être coif­feuse sans salon), ou en ter­mes de portage. On le voit bien avec les Boites à Vélo Nantes, il y a plein de pos­si­bil­ités. Il ne faut pas oubli­er le plaisir, surtout quand tu dou­bles plein de voitures le matin !

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite lancer une activité économique à vélo ?

Très sim­ple­ment de prof­iter du nom­bre de per­son­nes que tu vas pou­voir ren­con­tr­er à vélo dans tes journées ! L’aspect humain est vrai­ment hyper impor­tant, pour moi, cela représente peut-être les plus beaux moments de la journée.

Merci Coline !

Tags
En voir plus

Joseph D'halluin

Cycliste engagé, membre du conseil d'administration de la FUB et de Pignon sur Rue.

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close