Actus France

Construction sociospatiale de capabilités sexuées aux pratiques urbaines du vélo — Persée

Un arti­cle sci­en­tifique sur genre et vélo

Les ado­les­centes sont sig­ni­fica­tive­ment plus nom­breuses que leurs homo­logues mas­culins à ne pas faire de vélo et à ne pas maîtris­er les com­pé­tences élé­men­taires mobil­isées dans la plu­part des vari­antes de ses pra­tiques urbaines. Un con­stat qui s’explique notam­ment par le fait que les filles sont générale­ment social­isées dès leur plus jeune âge à éviter les pris­es de risque physique et à inve­stir des espaces restreints et cloi­son­nés. Ensuite sujettes à des restric­tions de sor­tie par­ti­c­ulières, elles sont de sur­croît sou­vent équipées de vélos les con­fi­nant à des pra­tiques apaisées. Par­al­lèle­ment, elles incor­porent des dis­po­si­tions à penser altérant leurs alter­na­tives réelles de pra­tiques – dites capa­bil­ités – s’avérant par­ti­c­ulière­ment sex­uées dans les quartiers pri­or­i­taires. Aus­si, tout en incar­nant un « libéra­teur d’accès » à la ville pour les pra­ti­quantes les plus assidues, le vélo se présente comme le sup­port d’une dom­i­na­tion mas­cu­line de l’espace pub­lic par le corps.

Source : Con­struc­tion sociospa­tiale de capa­bil­ités sex­uées aux pra­tiques urbaines du vélo — Per­sée

Tags
En voir plus

Joseph D'halluin

Cycliste engagé, membre du conseil d'administration de la FUB et de Pignon sur Rue.

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close