La Tribune

Vélo : militer… ça veut dire quoi ?

Les pro-vélo s'activent sur les réseaux sociaux... Mais que veut dire militer? Une tribune de Joseph D'halluin

Les pro-vélo s’activent sur les réseaux soci­aux… Pour autant, leurs idées con­ver­gent-elles ?
Veu­lent-ils défendre les droits des cyclistes? Est-il plutôt ques­tion de cul­tiv­er une vie saine et en bonne con­science ? Ou encore de ren­dre nos villes plus clé­mentes ?

Joseph D’halluin, co-prési­dent de Pignon sur Rue et mem­bre du bureau de la Fédéra­tion des usagers de la bicy­clette, FUB, s’est penché sur la ques­tion : en matière de vélo, que veut dire militer?

Depuis quelques temps les « pro-vélo » s’activent forte­ment sur les réseaux soci­aux, à tel point que le mag­a­zine en ligne Slate s’est fendu d’un arti­cle qui analyse la bulle numérique de ces cyber-activistes du vélo. Le hic, c’est que l’article con­state qu’il y a des approches mil­i­tantes très éloignées à l’intérieur de ce petit monde, unifié unique­ment par le vélo comme mode de déplace­ment. En effet, militer pour le vélo, cela peut vouloir dire beau­coup de choses dif­férentes, encore plus si l’on s’intéresse à tous les pro-vélo, pas for­cé­ment hyper-act­ifs sur inter­net. Plus de sécu­rité ? Moins de voiture ? Un monde com­plète­ment dif­férent ? Quelle action pour la société les mil­i­tants du vélo ont-ils le sen­ti­ment de porter? Jetons un coup d’œil sous formes d’inventaire à ce qu’il y a der­rière la tête des mil­i­tants pro-vélo, pour décou­vrir la var­iété des objec­tifs, même si cha­cun de ces axes sont évidem­ment com­plé­men­taires les uns des autres dans les faits.

Une logique de syndicat d’usager

On retrou­ve par­fois dans les dis­cours, dans les pra­tiques et dans les reven­di­ca­tions portées auprès des pou­voirs publics, la logique d’offrir à un groupe d’usagers déjà con­sti­tué des droits (à la sécu­rité, à l’équité de traite­ment fis­cal et pénal…). Si c’est une néces­sité absolue lorsque la pra­tique cyclable est hyper mar­ginale, cette logique n’a pas spé­ciale­ment voca­tion à amen­er de nou­veaux publics à la pra­tique quo­ti­di­enne du vélo.
Les protes­ta­tions organ­isées sous le hash­tag #GCUM (acronyme de « garé comme une merde ») s’inscrivent en par­tie dans cette ten­dance de fond du mou­ve­ment pro-vélo. La logique « intérêts con­tre intérêts » peut men­er à un enfer­me­ment des uns et des autres dans des caté­gories qui n’ont pas lieu d’exister (auto­mo­bilistes – cyclistes – pié­tons, par exem­ple), et donc devenir con­tre-pro­duc­tive pour les intérêts des per­son­nes à vélo. D’autant que même s’il n’y a pas « 40 mil­lions d’automobilistes » comme le pré­tend le lob­by de l’industrie auto­mo­bile du même nom, il y a encore moins de per­son­nes à vélo à représen­ter et le rap­port de force numérique n’est pas en faveur du vélo ! De plus, lorsque des cyclistes s’unissent autour de leur pra­tique du vélo, ils ont ten­dance à créer une com­mu­nauté ‘affini­taire’, par­fois un peu ‘vir­iliste’, à laque­lle il peut être dif­fi­cile de s’inclure.

Passer au vélo pour se faire du bien

A la manière d’un club sportif ou d’un club de tri­cot, les pro-vélo peu­vent faire la pro­mo­tion du vélo déplace­ment comme celle d’une pra­tique vertueuse au niveau indi­vidu­el, prin­ci­pale­ment, et par rebond, au niveau col­lec­tif. — Je vais au boulot à vélo, et ça me per­met de faire de l’exercice d’arriver à l’heure, et de sur­croît je ne pol­lue pas (et ça m’offre une bonne con­science). Par con­séquent, cha­cun est invité à pass­er à la pra­tique, pour son pro­pre bien. Et pour ça, les pro-vélo peu­vent vous aider, en vous apprenant à pédaler (depuis les pre­miers coups de pédale sur un chemin tran­quille jusqu’à la pra­tique la plus stres­sante en ville), en vous pro­posant des ser­vices de lutte con­tre le vol, des ser­vices de car­togra­phie, etc. Cette logique, pas for­cé­ment poli­tique, mon­tre ses lim­ites là où les con­di­tions matérielles sont vrai­ment hos­tiles au vélo : zéro volon­té poli­tique, pas d’aménagements, pas de sta­tion­nements… . Une telle approche ne peut pas assur­er à cha­cun les con­di­tions favor­ables pour choisir le mode de trans­port le plus vertueux pour lui comme pour les autres : l’espace pub­lic est le lieu d’un rap­port de force entre divers­es con­cep­tions de la mobil­ité voire de la ville. Pro­mou­voir une pra­tique sans s’intéresser à ses con­di­tions d’exercice, c’est hélas insuff­isant.

vélo tricot
Faire du vélo comme on ferait du tri­cot?

Une envie de changer la ville

Bien sûr, en fil­igrane, on retrou­ve dans ce camp des pro-vélo bien sou­vent (mais pas tou­jours!) une envie de chang­er la ville en util­isant le pré­texte du vélo. Soit de manière floue (« plus de vélo ne peut que faire du bien à nos villes pol­luées et stres­santes »), soit dans un hori­zon pré­cis (« con­stru­ire une ville apaisée, se réap­pro­prier l’espace pub­lic, lim­iter l’emprise physique et men­tale de la voiture… »). Il y a un con­sen­sus min­i­mal sur le pro­jet poli­tique. Mais comme l’a mon­tré un arti­cle de Tom Babin paru en français sur Actu­vé­lo, tout le monde n’est pas tout à fait d’accord sur sa con­cep­tion de la pra­tique du vélo déplace­ment. Tant que la pra­tique du vélo est en-deçà de son poten­tiel, ce qui unit reste plus impor­tant que ce qui divise : plus d’espace pour les modes doux, donc moins pour les modes motorisés, mod­éra­tion de la vitesse, inci­ta­tions économiques des pou­voirs publics, appren­tis­sage oblig­a­toire dans le par­cours sco­laire, etc. Les chantiers sont encore très nom­breux.

Cette per­spec­tive se jus­ti­fie donc par une recherche du bien com­mun con­tre l’impasse tech­nique du tout-voiture. Même un usager quo­ti­di­en de la voiture peut en effet y adhér­er : on a tous et toutes à gag­n­er que nos ter­ri­toires soient moins vul­nérables, moins dépen­dants des éner­gies fos­siles (et élec­triques!), moins con­ges­tion­nés, que les gens soient en meilleure san­té, etc. Avec une telle approche, le com­bat se mène sur tous les fronts : régle­men­taire, lég­is­latif, sur chaque pro­jet d’aménagement, sur les sché­mas globaux, sur les pro­jets locaux, sur la cul­ture, sur les ser­vices… Arrivera peut-être un moment où les pro-vélo devront pré­cis­er leur vision ou leur stratégie de la ville souhaitable, et peut-être ne seront-ils pas unanimes.

Une aspiration à changer le monde

Le vélo est un fétiche pour les mou­ve­ments écol­o­gistes depuis tou­jours, en témoignent les pre­mières mass­es cri­tiques organ­isées par les Amis de la Terre à Paris dans les années 1970, ou actuelle­ment la sym­bol­ique triplette du mou­ve­ment Alter­nat­i­ba.

vélo militant
Le vélo comme iden­tité mil­i­tante / DR Alter­nat­i­ba

Ali­men­tée par les écrits d’Ivan Illich sur la con­vivi­al­ité de la bicy­clette, cette con­cep­tion du vélo est beau­coup plus rad­i­cale. Pro­mou­voir le vélo, cela peut donc aus­si vouloir dire chang­er de société, chang­er la manière de voir les paysages, les autres per­son­nes, chang­er de per­cep­tion du temps, donc du tra­vail, donc de la con­som­ma­tion, et ain­si de suite. Dif­fi­cile d’éviter la référence au vélo dans les réu­nions éco­los. — Et a con­trario, dif­fi­cile d’éviter le mépris et les accu­sa­tions de retour à la cav­erne par les plus zélés par­ti­sans des modes motorisés -. Le vélo est un médi­um bien pra­tique pour don­ner de la con­sis­tance à un pro­jet poli­tique se récla­mant du ralen­tisse­ment et d’un rap­port dif­férent à l’environnement. Il a par­fois une con­fi­ance un peu absurde dans le car­ac­tère sub­ver­sif de notre vieil ami à deux roues : nos voisins alle­mands, danois et néer­landais sont loin de vivre dans une société con­viviale au sens de Illich car y cohab­itent toutes sortes d’autres logiques, économiques et cul­turelles.

Les mou­ve­ments véloru­tion­naires et les mass­es cri­tiques, eux, per­me­t­tent d’établir un rap­port de force dif­férent à un moment don­né entre usagers de l’espace pub­lic, dans la joie et la bonne humeur.

Mais cet élan ponctuel est-il à la hauteur des enjeux en termes de stratégies politiques ?

Qu’on le regrette ou non, le vélo sem­ble sol­u­ble dans le cap­i­tal­isme, ce qui ne lui enlève pas ce petit goût d’aventure et de sub­ver­siv­ité, dont par­le avec poésie l’ouvrage de Didi­er Tronchet, {Petit traité de véloso­phie} (éd. Plon, 2014) — à emprunter à la Bib­lio Vélo de Pignon sur Rue, à Lyon. On peut même se réjouir : c’est parce que le vélo est un objet appro­pri­able par tous et toutes, de mille manières, poli­tiques ou pas, qu’il offre des per­spec­tives ent­hou­si­as­mantes de tra­vail col­lec­tif !

POUR ALLER PLUS LOIN
Pour une socio-his­toire des mou­ve­ments asso­ci­at­ifs pro-vélo à l’échelle européenne, nous vous invi­tons à lire les pre­miers chapitres de la thèse de Maxime Huré « Les réseaux transna­tionaux du vélo : Gou­vern­er les poli­tiques du vélo en ville : De l’utopie asso­cia­tive à la ges­tion par les grandes firmes urbaines (19652010) »
Tags
En voir plus

Joseph D'halluin

Cycliste engagé, membre du conseil d'administration de la FUB et de Pignon sur Rue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close