A lireUncategorized

Crise sanitaire : que disent les compteurs ?

Les deux dernières années ont marqué un tournant pour la pratique du vélo en France, avec les grèves de 2019 et la Covid-19. Mais depuis la sortie du premier confinement de mai 2020, les cyclistes ne passent plus inaperçus, en particulier en milieu urbain !

Un vélo, des vélos… Comment suit-on l’évolution de la pratique ?

L’évolution de la fréquen­ta­tion est mesurée à dif­férents points du ter­ri­toire, à tra­vers des dis­posi­tifs de comp­tages automa­tiques. Vélo & Ter­ri­toires, avec le sou­tien de la CIDUV et de l’ADEME, a mis en place en 2013 la plate­forme nationale des fréquen­ta­tions per­me­t­tant de col­lecter et d’agréger les don­nées de comp­tages des col­lec­tiv­ités con­tributri­ces. À fin mars 2020, plus de 900 comp­teurs étaient partagés par 90 con­tribu­teurs. La col­lecte de ces don­nées per­met d’analyser chaque année l’évolution de la fréquen­ta­tion cyclable au niveau nation­al, par ter­ri­toire, itinéraire ou type de pra­tique. Ces analy­ses font l’objet d’un rap­port annuel disponible sur le site Inter­net de Vélo & Ter­ri­toires (www.velo-territoires.org). C’est égale­ment grâce à l’ensemble de ces don­nées que Vélo & Ter­ri­toires, en lien avec le min­istère de la Tran­si­tion écologique, pro­pose, dès le mois de mai 2020, un suivi bimen­su­el de la fréquen­ta­tion vélo afin d’analyser l’impact de la crise san­i­taire et de la mise en place pro­gres­sive des amé­nage­ments cyclables de tran­si­tion sur la pra­tique du vélo (Bul­letin fréquen­ta­tion vélo & décon­fine­ment).

La crise sanitaire, un accélérateur de la pratique du vélo ?

À chaque grève des trans­ports en com­mun, la fréquen­ta­tion cyclable dans les grandes villes pro­gresse grâce à l’arrivée de nou­veaux cyclistes. Même si celle-ci retombe en sor­tie de la péri­ode de grèves, elle dépasse son niveau de départ. Qu’en sera-t-il pour la crise san­i­taire que nous tra­ver­sons ? Il est encore trop tôt pour le dire, néan­moins le sché­ma dif­fère et laisse penser que l’impact sera plus grand.

En sor­tie de con­fine­ment en mai, le vélo s’est posi­tion­né comme un geste bar­rière à part entière. Les col­lec­tiv­ités ont tra­vail­lé d’arrache-pied pour met­tre en place très rapi­de­ment des amé­nage­ments cyclables de tran­si­tion, les coro­n­apistes. Résul­tats ? Fin juin, alors que 500 km d’aménagements cyclables de tran­si­tion étaient recen­sés, la fréquen­ta­tion cyclable du 11 mai au 28 juin enreg­is­trait une pro­gres­sion de 29 % par rap­port à la même péri­ode de 2019. À la mi-octo­bre, la fréquen­ta­tion post-con­fine­ment reste du même ordre (+27 %) et le nom­bre de pas­sages de vélos compt­abil­isés depuis le début de l’année est en hausse de 10 % et ce mal­gré le con­fine­ment ! Des fréquen­ta­tions records ont été enreg­istrées, notam­ment en espace urbain, et de nou­velles habi­tudes ont fait leur appari­tion.

En milieu urbain, la pra­tique a forte­ment pro­gressé en semaine (+ 29 % de pas­sages sur la péri­ode post-con­fine­ment à la mi-octo­bre), mais égale­ment le week-end (+36 %). Le vélo affirme son rôle de mode de déplace­ment util­i­taire et pen­du­laire. Il offre une nou­velle façon de vivre la ville. Cette pro­gres­sion était encore plus mar­quée au print­emps (+57 % sur la péri­ode post-con­fine­ment à fin juin) et tend à se réduire avec l’arrivée d’une météo autom­nale.

Con­traire­ment à des péri­odes de grèves, la crise san­i­taire a égale­ment un impact sur la fréquen­ta­tion dans les milieux péri­ur­bains et ruraux. Ceux-ci ont enreg­istré de fortes pro­gres­sions du vol­ume de pas­sages de vélos observés depuis le décon­fine­ment de mai 2020 : respec­tive­ment +18 % et +17 % à la mi-octo­bre par rap­port à la même péri­ode de 2019.

Autre fait mar­quant ? Mal­gré l’absence des clien­tèles étrangères, le tourisme à vélo n’a pas loupé sa sai­son. Le nom­bre de vélos compt­abil­isés sur les dix itinéraires EuroV­elo qui tra­versent la France a pro­gressé de 23 % cet été (du 6 juil­let au 30 août) par rap­port à 2019.

Pour de nom­breuses col­lec­tiv­ités, leur poli­tique cyclable a fait un grand bond en avant en ce temps de crise san­i­taire. Les mesures mis­es en place ont fait par­fois gag­n­er cinq ans aux poli­tiques cyclables. Même s’il est encore trop tôt pour mon­tr­er le lien direct entre les amé­nage­ments mis en place en accéléré et l’augmentation de la fréquen­ta­tion cyclable, la crise sem­ble avoir un effet de catal­y­seur.

Quels leviers pour maintenir l’élan ?

À l’heure de la rédac­tion de cet arti­cle, l’impact du nou­veau con­fine­ment sur la fréquen­ta­tion cyclable n’est pas encore entière­ment con­nu. Selon les pre­miers indi­ca­teurs disponibles, le niveau de fréquen­ta­tion tend à baiss­er en milieu urbain par rap­port à la péri­ode précé­dant le recon­fine­ment, mais demeure d’un niveau équiv­a­lent, voire supérieur à celui de l’an passé. Les prochains bul­letins vélo & con­fine­ments nous en diront plus.

Tags
En voir plus

Vous aimerez également...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close