La santé, argument de cœur pour le vélo

Le meilleur médicament n’est pas vendu en pharmacie. Et le vélo à assistance électrique (VAE) est décidément une belle invention. Voilà ce que soutiennent trois professionnels de la santé invités au dernier Congrès de la FUB, en avril. Pour eux, la bonne santé roule à vélo, arguments à l’appui.

Cet homme sait qu’il prêche des convaincus devant un public de cyclistes. Directeur de l’Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport, Jean-François Toussaint sait aussi que la tâche est immense au niveau du pays, où « on a de plus en plus de comportements sédentaires » et où « l’activité physique ne cesse de reculer ». En deux siècles, elle a été divisée par dix. Et la France se distingue avec 8% de la population sans aucune activité physique, contre 3% au niveau européen. Il relève avec un certain pessimisme « la décroissance d’activité des enfants avec l’entrée dans l’adolescence », ce qui est « très dommageable sur l’ensemble de la santé ». Du coup « les capacités cardio-vasculaires sont en décroissance extrêmement rapide… la condition physique est en train de s’écrouler à une vitesse considérable ». Une étude menée outre-Manche montre que, sur 80 000 sujets anglais et écossais qui pratiquent le vélo, la mortalité précoce a diminué de 15 %.

« Dix fois plus de gains que de risques »

« Les gains sont considérables pour le vélo comme transport quotidien : de 30 à 50 % de réduction de la mortalité vasculaire. Il n’y a quasiment aucune thérapeutique dans notre arsenal qui permette des gains pareils. (…) Il y a dix fois plus de gains que de risques, tant sur les effets de la pollution que sur l’insécurité routière. »

Jean-François Toussaint se réjouit de l’aide à l’achat d’un vélo à assistance électrique, dont « la moitié des bénéficiaires vont laisser tomber la bagnole », et croit à « la sécurité par le nombre » du vélo sur la voie publique. Il cite à l’appui les villes de Berlin, Amsterdam, Odense et Copenhague où la croissance de l’usage du vélo s’est accompagnée d’une diminution du nombre d’accidents graves. Il va plus loin que la FUB pour le déplafonnement fiscal de l’indemnité kilométrique vélo (IKV) en demandant qu’on le monte à 400€ par an au lieu de 200 actuellement. L’activité physique permet aussi de faire reculer les cancers. Accessoirement, les conséquences en termes économiques sont énormes. Le Dr Toussaint les chiffre à « mille euros de gain chaque année pour chacun des Français » qui déciderait de passer à un usage régulier du vélo dans ses déplacements.

« Dédramatiser la pratique de l’activité physique »

A Biarritz, le docteur Guillaume Barucq, médecin généraliste, fait des ordonnances pour la pratique du paddle ou du vélo. Et il s’en voudrait de qualifier cette thérapeutique de « sport sur ordonnance ». Selon lui :

« Il faut dédramatiser la pratique de l’activité physique parce qu’on fait peur aux gens. »

Et il explique que ses initiatives ne sont en rien celles d’un praticien isolé : « A Biarritz on a pris le parti de s’adresser à toutes les personnes sédentaires. Biarritz est une ville de 26 000 habitants, avec 11 000 personnes inscrites dans des associations sportives. Le but c’était de repérer les personnes qui ne sont pas encore actives pour qu’elles se lancent dans des activités physiques. On rembourse des séances d’activité physique à des personnes qui n’en font pas, ou qui n’en font plus. Depuis juin 2015, 292 prescriptions ont été établies par 94 médecins de 17 communes de la Côte basque. Et on fait des contrôles et des évaluations, on relance les patients. Ce qu’on propose ce sont des activités physiques douces, et 90 % des 141 participants ayant terminé le programme de 12 semaines poursuivent une activité physique ensuite. » Au passage, il salue l’invention de l’assistance électrique, particulièrement appréciable pour pédaler sur un relief accidenté comme à Biarritz.

« Le financement ? ça ne coûte pas une fortune. Et il faut voir en face les arrêts de travail économisés, les médicaments économisés. On arrive à faire passer des patients du statut de non sportif à sportif convaincu. Sur un syndrome dépressif léger je mets le patient sur une activité physique sur prescription. »

Strasbourg avait été pionnière pour intégrer l’activité physique sur ordonnance, avant le médicament. D’autres ont suivi. Alors : le sport plutôt que les médicaments ? Guillaume Barucq souligne :

« Le sport peut être un médicament mais il n’a pas d’effet secondaire ».

« L’activité vélo entraîne bien moins de perte d’oxygène que la marche »

Elargissons le champ d’action. Avec Marie-Pierre Humeau-Chapuis, pneumologue et spécialiste du sommeil, on prend conscience de l’importance de toutes les dimensions dans lesquelles évolue une personne. Si l’activité physique peut devenir un facteur de santé, c’est parce qu’on maîtrise toutes les influences réciproques entre le comportement personnel du patient et son environnement au sens large.

« La difficulté de la médecine c’est de savoir qu’est-ce qui fera l’avantage et l’inconvénient du médicament. Comment moi je vais devenir acteur de ma santé. (...) Il faut qu’on fasse une alliance thérapeutique, expliquer que ce n’est pas le médicament qui fera tout. »

Sur cette base qui est tout sauf une recette universelle, la thérapeutique de l’activité physique se construit de manière très pragmatique, entre soignant et soigné. Et tout de suite on dépasse le simple aspect mécanique ou énergétique de l’activité physique :

« Les pas, les pédales, la roue, c’est la sérénité qui s’installe. »

Les rythmes biologiques ne sont pas mis entre parenthèses, elle préconise de « se mettre à la lumière pour l’alternance veille-sommeil. » Et à chacun selon ses besoins et ses moyens : « Ce qui compte c’est le delta par rapport à ma situation ». Que cette situation soit celle d’un sédentaire encore bien portant ou à l’opposé celle d’une personne atteinte d’une affection de longue durée. Marie-Pierre Humeau-Chapuis cite le cas d’une femme atteinte de sclérose en plaques :

« Depuis qu’elle a acheté un vélo à assistance électrique elle a retrouvé une autonomie, alors qu’elle continue à travailler en fauteuil roulant. Le VAE ça redonne une dynamique à la vie. »

Quid du lien entre vélo et tabac ? Voilà un autre sujet majeur pour la pneumologue. Là, elle a constaté que le vélo est vraiment plein de ressources :

« Le fumeur en marchant il perd son taux d’oxygène, alors qu’à vélo on ne perd pas son taux d’oxygène. L’activité vélo entraîne bien moins de perte d’oxygène que la marche. »

Quant aux asthmatiques ou aux coronariens, elle leur conseille plutôt le VAE. Surtout contre le vent.


Auteur : Jean-Michel Trottignon, Rédacteur en chef de Vélocité
Photos : Creative commons - portraits : FUB


Une publication en collaboration avec Vélocité, la revue du cycliste au quotidien, éditée par la Fub. Extrait de Vélocité n°141 – mai-juin 2017.